Peugeot et GM

C’est l’info de la journée ! Selon plusieurs sources proches du dossier PSA,  la famille Peugeot serait prête à partager le contrôle du groupe industriel et automobile français avec General Motors.

C’est l’agence Reuters qui rapporte ce jour des informations importantes, pour ne pas dire plus, au sujet de l’avenir du groupe PSA. Selon l’agence de presse,  la famille Peugeot serait sur le point de céder à GM son contrôle sur PSA. On en serait arrivé là après de longues discussions avec le partenaire chinois de PSA, le groupe Dongfeng. Les pourparlers portaient sur l’entrée des chinois à hauteur de 30 % dans le capital du groupe français dans le cadre d’un consortium mené par Dongfeng, mais il semble que les discussions n’auraient pas pu se conclure par un accord et les Peugeot auraient été obligés de changer leur fusil d’épaule.

Aussi, une nouvelle fois, la famille Peugeot aurait regardé en direction de General Motors pour proposer au constructeur US une deuxième et plus importante montée au capital de PSA. Mais il apparait que sur ce coup on ne parle pas de 5, 7 ou même 10% du capital mais on parle d’une offre équivalente à ce qui a été proposé à Dongfeng. GM pourrait donc accepter cette offre mais il y a une condition impérieuse à l’affaire, que la famille partage les commandes du groupe français. La famille Peugeot possède actuellement 25.44 % du capital de PSA et 38.07 % des droits de vote (30.96% et 48.3% avant l’accord avec GM en 2012) et serait prête à offrir au groupe américain quelque chose qui mettrait les deux actionnaires (au minimum) à égalité dans le capital que pour les droits de vote. Une personne proche du dossier ajoute que la famille est désormais prête à tomber sous la barre des 33% des droits de vote car les moyens de la famille Peugeot ne sont pas illimités et il y a désormais un principe de réalité qui prévaut dans la gestion de ce dossier.

Une source connaissant très bien le dossier d’expliquer à Reuters : « GM est confronté au même problème de surcapacités avec (sa filiale allemande) Opel et c’est pour cette raison que PSA essaie de le convaincre de fusionner les deux entreprises. La famille Peugeot a maintenant accepté qu’elle devra céder le contrôle, donc ce n’est plus un obstacle. PSA devra présenter un nouveau plan industriel pour convaincre de participer à une augmentation de capital, et le seul espoir pour le groupe français c’est GM ». On gardera aussi à l’esprit les paroles du PDG de GM,  Dan Akerson, il y a quelques jours en Chine et qui disait : « Nous n’avons pas l’intention à ce stade d’injecter des fonds supplémentaires dans notre partenaire, toutefois si nous voyons que des choses changent, nous évaluerons la de nouveau la situation ».

La messe est-elle dite pour PSA ? Pas sur, encore que cette redistribution des cartes dans l’entreprise imposerait au groupe français de partager ses technologies, son savoir faire et ses nouveautés (plateforme EMP2 notamment) ce qui risque quand même de faire grincer des dents chez PSA. Alors l’avenir se prépare t’il à la façon de Peugeot et Citroën devenue des Opel ou alors les futures Opel seront-elles des voitures françaises relookée à la façon Rüsselsheim. Il est encore trop tôt pour le dire mais dans les prochains mois il va se passer quelque chose d’important dans le monde automobile français et ne perdez pas de vue que le salon de Francfort c’est dans trois mois ! A suivre.

Via Reuters.