BlogAutomobile

Gazole : La commission européenne pense à votre santé….

 

… c’est du moins la raison officiellement invoquée par la Commission européenne pour mettre en place dès 2013 une taxe de 8 à 15% sur le prix du gazole dans le but de diminuer l’usage de ce carburant plus polluant mais aussi source d’émission de particules fines qui sont, notamment en milieu urbain, nocives à la santé.

Cette directive de la Commission sera examinée par le parlement européen durant le mois de novembre prochain et si on principe était accepté elle se mettrait en place dès le 1er janvier 2013. Aussi les secteurs automobile et pétrolier sont sur le “qui vive” et craignent de fortes répercutions sur le marché mais aussi l’emploi qui il faut tout de même le reconnaitre n’a pas besoin de cela en ce moment.

Pour appuyer sa proposition, la commission s’appuient sur l’exemple britannique puisqu’outre Manche le traitement fiscal est identique pour l’essence et la gazole. L’Acea et le Ccfa commencent à monter aux créneaux et P.Blain, président du Ccfa, d’expliquer dans le Parisien que cette nouvelle disposition fiscale européenne entrainerait une forte baisse de la production automobile française de l’ordre de 20%. L’industrie française étant à la pointe dans ce domaine cela aurait de fortes conséquences sociales et industrielles. Plus globalement, tous les constructeurs européens sont furieux puisqu’ils travaillent actuellement avec énergie sur les futures normes Euro6 qui seront mises en place en 2014 pourraient déjà faire croitre les prix des autos de 1000 à 2000€ et cette hausse du prix du gazole pourrait bien faire peur à la clientèle déjà juste financièrement. Certains, et pas forcément les français, disent que cette nouvelle hausse des taxes pourrait à très court terme entrainer un effondrement du marché des voitures à moteur diesel dans toute l’UE.

Du coté des pétroliers, on a encore peu réagi mais certains font doucement savoir que cela aurait des conséquences ( sociales, industrielles et financières )  sur les activités de raffinage en Europe puisque c’est sur notre sol européen qu’une grande partie du gazole est produite. Les transporteurs européens n’ont pas encore réagi au sujet de cette taxe non récupérable mais cela ne saurait tarder. Enfin, les plus pernicieux voient dans cette nouvelle et énième taxe européenne le seul moyen trouvé par les fonctionnaires de la commission pour augmenter les rentrées d’argent pour faire tourner l’énorme machine administrative européenne. Un dossier à suivre dans les prochains mois car le risque de controverse et de contestation est, disons le, important !

 

Via LeParisien, LeFigaro, AP.

Merci aux humoristes pour leurs dessins.