On s’y attendait, mais c’est désormais officiel et incontestable : Sebastian Vettel vient de décrocher sa 4ème couronne mondiale, devenant ainsi l’égal d’Alain Prost en nombre de titres. Fangio est à portée, Schumacher plus très loin…

Les qualifications de samedi n’ont (encore une fois) été qu’une simple formalité pour l’allemand, qui décroche sa 43ème pôle position devant les 2 Mercedes de Rosberg et Hamilton. Suivent dans le top 10 Webber, Massa, Raikkonen, Hulkenberg, Alonso, Hulkenberg et Button. Romain Grosjean a été éliminé dès la première partie de séance, faute d’être ressorti pour un ultime tour en tendres. Encore une erreur stratégique de la part de Lotus !  Le français ne partira que 17ème… Alonso a choisi de se qualifier en pneus durs, ce qui explique sa 8ème place sur la grille. Les pneus vont a nouveau être au cœur de la stratégie sur ce GP, leur composition tendre ne permettant en effet de n’effectuer que quelques tours avant d’être totalement détruits…

Le départ a lieu sous l’épais nuage de pollution habituel qui recouvre ce circuit situé dans la banlieue de New Delhi; Vettel prend un bon envol, et derrière lui c’est Felipe Massa qui va faire la bonne opération de ce début de course en venant à bout des 2 Mercedes très rapidement. Du côté de son coéquipier, on ne peut pas en dire autant ! Alonso va subir 2 touchettes coup sur coup, une première avec Webber, la seconde avec Button. Son aileron avant va subir des dommages relativement importants, et le pilote espagnol va perdre 2 places dans l’opération.

A la fin du premier tour, Vettel compte déjà près de 3 secondes d’avance sur Felipe Massa, mais ça, on commence à y être habitués ! Par contre, voir le pilote RedBull rentrer aux stands dès la fin du deuxième tour, c’est inédit ! Ce changement de gomme anticipé permet de se débarrasser au plus vite des gommes tendres qui ne tiennent pas la distance. Felipe Massa en profite donc pour s’emparer provisoirement de la tête de la course.

Fernando Alonso rentre aussi pour changer son aileron trop abimé, sa stratégie de s’élancer en pneus durs est par le fait totalement ruinée ! La course s’annonce d’ores et déjà très longue pour le pilote de la Scuderia, qui se plaint en ressortant d’une direction lourde dans les virages à droite, une conséquence directe des contacts du premier tour.

Au 6ème tour, Hulkenberg rentre aux stands et Webber passe Raikkonen pour la 4ème place. Les arrêts s’enchainent ensuite : Button au tour 7, Rosberg et Raikkonen au tour 8, Massa et Hamilton au tour 9.

On apprend ensuite qu’Esteban Guttierez est sous investigation pour avoir volé le départ, il écopera d’un drive-through pour cette erreur.

Romain Grosjean effectue son premier arrêt au 14ème tour, il aura réussi à rester en piste tout ce temps avec les pneus tendres, une belle performance ! Quatre tours plus tard c’est Button qui repasse déjà par les box.

En piste, Vettel remonte très vite dans le classement et doublera Perez au 21ème tour pour la 2ème place. Alonso est quant à lui à la lutte avec Guttierez, ce qui permet à Grosjean de se rapprocher à pas de géant. La Ferrari viendra à bout de la Sauber au 22ème tour.

Une autre lutte se profile, entre Bottas et Hulkenberg. Ce dernier est gentiment poussé hors piste, ce qui va passablement l’énerver (et c’est compréhensible). Du coup, c’est Raikkonen qui en profite pour passer les 2 pilotes.

Les changements de pneus reprennent au  28ème tour avec Rosberg, suivi de Webber et Perez un tour plus tard, qui ressortent pour un court run en tendres. Vettel reprend à ce moment la tête de la course. Ces pneus tendres tout neufs permettent à Perez se doubler très facilement Hamilton quelques instants plus tard. Ce dernier va d’ailleurs effectuer son deuxième arrêt au tour 31, comme les 2 pilotes Ferrari. Vettel continue en piste un tour de plus avant de chausser les durs pour le dernier relais.

Grosjean continue sa remontée fantastique et vient à bout de Massa au 34ème tour. Alonso et Button se battent à coup de DRS interposé et échangent plusieurs fois leurs positions.

Mark Webber repasse par les box 4 tours seulement après son dernier arrêt pour se débarrasser des pneus tendres et chausser les durs. Alonso fait de même au 37ème passage.

Coup du sort, Webber est contraint à l’abandon au 40ème tour suite à un problème d’alternateur… A-t-il vraiment la même monoplace que Vettel ? A force, on commence à sérieusement se poser des questions tant les problèmes mécaniques ne semblent affecter que la RedBull de l’Australien !

Adrian Sutil effectue son premier arrêt après 42 tours passés en piste avec le même train de pneus durs ! Il va donc en profiter pour passer les tendres, mais tenter de finir la course avec semble perdu d’avance ! Derrière lui, un « bouchon » va se former au 47ème tour, composé de Guttierez, Bottas, Ricciardo et Alonso.

Aux avants postes, Rosberg passe Raikkonen et s’empare de la 2ème place au 52ème tour. Le Finlandais est en difficulté à cause de ses pneus arrivés en fin de vie. Grosjean qui a su mieux les ménager revient comme un boulet de canon à raison de 2 secondes au tour !

Hulkenberg abandonne au 56ème tour, dommage car il avait encore une fois effectué une course solide qui aurait pu lui rapporter de précieux points.

Raikkonen continue sa dégringolade au classement, il se fait doubler coup sur coup par Grosjean et Massa au tour 57. La passe d’arme avec son coéquipier nous aura une nouvelle fois gratifié d’un échange radio dont lui seul à le secret, jugez plutôt :

Hamilton et Perez passent également Kimi qui va finalement changer ses pneus à l’avant dernier tour… Les mystères de la stratégie Lotus…

Petite inquiétude pour Romain Grosjean qui doit « short-shifter » (passer les rapports plus tôt) lors des 2 derniers tours sur ordre de son stand, mais au final la 3ème place sera sienne ! Quelle course fantastique de sa part; qui aurait pensé qu’en s’élançant depuis la 17ème place sur la grille il pourrait finir sur le podium ? C’est d’ailleurs son 5ème cette saison, et sa 3ème 3ème place de suite !

Mais revenons à Sebastian Vettel, qui s’adjuge le titre de la plus belle des manières, par une victoire ! Sa 6ème de suite (encore une et il égalera le record d’un certain Michael Schumacher…), la 10ème de la saison. Le meilleur tour en course lui a été chippé par Raikkonen avec ses tendres dans la dernière boucle, ce dont s’amuse son ingénieur à la radio !

Vettel laisse exploser sa joie en effectuant quelques donuts sur la piste, en vénérant sa monoplace et en jetant ses gants au public.

(le tout lui vaudra bien évidement une réprimande et une amende de 25 000 € pour son équipe, la FIA n’aime décidément pas que l’on sorte de ses procédures habituelles…)

4 titres d’affilée, ça commence à causer ! Les records n’ont pas fini de tomber avec Vettel, Schumacher n’a qu’a bien se tenir ! Alonso n’aura pas su retarder l’échéance, il signe la une course anonyme, termine à la porte des poins (11ème), une première depuis près de 3 ans !

La question de la fin de saison sera de déterminer qui obtiendra les deuxièmes places aux classements pilotes et constructeurs !

Le classement complet :

1 Sebastian Vettel Red Bull Renault
2 Nico Rosberg Mercedes AMG
3 Romain Grosjean Lotus Renault
4 Felipe Massa Ferrari
5 Sergio Perez McLaren Mercedes
6 Lewis Hamilton Mercedes AMG
7 Kimi Raikkonen Lotus Renault
8 Paul di Resta Force India Mercedes
9 Adrian Sutil Force India Mercedes
10 Daniel Ricciardo Toro Rosso Ferrari
11 Fernando Alonso Ferrari
12 Pastor Maldonado Williams Renault
13 Jean-Eric Vergne Toro Rosso Ferrari
14 Jenson Button McLaren Mercedes
15 Esteban Gutierrez Sauber Ferrari
16 Valtteri Bottas Williams Renault
17 Max Chilton Marussia Cosworth
18 Jules Bianchi Marussia Cosworth
19 Nico Hulkenberg Sauber Ferrari
20 Mark Webber Red Bull Renault
21 Charles Pic Caterham Renault
22 Giedo Van der Garde Caterham Renault

Prochaine course dimanche 3 novembre à Abu Dhabi !

Credits photos : NextGen-Auto.com