Les personnes à mobilité réduite pourront-elles bientôt garer leur auto sur n’importe quelle place de stationnement et ce, gratuitement. C’est en tout cas à l’ordre du jour puisque demain jeudi 12 décembre, la proposition de loi initiée par Didier Guillaume (PS) sera débattue au Sénat après que la commission des affaires sociales se soit prononcée en la faveur d’une telle mesure mercredi dernier. 

parking handicapé vers la gratuité

Initialement la proposition de loi du sénateur et président du conseil général de la Drôme devait permettre aux bénéficiaires de la carte européenne de stationnement de profiter d’un accès gratuit et sans limitation de durée aux places réservées mais pas seulement puisque la commission des affaires sociales a adopté un amendement étendant, pour les titulaires de cette carte, le principe de la gratuité et de la non-limitation de la durée du stationnement à toutes les places, qu’elles soient réservées ou non aux handicapés.
La commission fait remarquer que les contraintes de déplacement que connaissent tous les automobilistes, comme retourner à son véhicule pour recharger un horodateur ou modifier un temps de stationnement sur un disque, sont beaucoup plus contraignantes et difficiles pour les personnes handicapées. Et de poursuivre que l’extension de la gratuité à toutes les places de parking permettrait aux personnes à mobilité réduite de ne pas avoir à « courir » lorsque toutes les places réservées sont déjà occupées ou qu’il n’en existe pas à proximité du lieu où les dites personnes se rendent. La mise en place de cette mesure est aussi d’ordre social afin faciliter le quotidien et l’intégration des personnes qui ont des difficultés à se déplacer en favorisant ainsi leur participation à des activités sociales, professionnelles, éducatives, culturelles ou sportives sans qu’elles soient soumises à la contrainte parfois difficile du stationnement.

Ce projet de loi est soutenu par l’Automobile Club et son directeur général adjoint Christian Scholly qui fait remarquer que cette loi va dans le bon sens notamment dans celui de l’uniformisation puisque bon nombre de villes et agglomérations ont mis ce système en place sans attendre la loi qui tardait à venir. C.Scholly de poursuivre en expliquant que la gratuité pour les handicapés ne pose aucun problème à condition qu’il y ait un préalable, c’est à dire une offre suffisante de places de stationnement pour l’ensemble des automobilistes.
Le directeur adjoint de l’Automobile Club fait par ailleurs une remarque emprunte de vécu et de bon sens en parlant des comportements indélicats d’une partie des automobilistes qui se garent sur ces places réservées sans se poser de question mais ce n’est pas tout car il aborde aussi le fameux sujet des fraudes à la Carte Handicapée. Il explique qu’il va aussi falloir travailler davantage pour empêcher les fraudes qui concernent l’utilisation des cartes de stationnement pour handicapés. Les abus sont aujourd’hui très nombreux et si ces cartes offrent un accès gratuit à toutes les places, l’intérêt de frauder pour en avoir une sera d’autant plus grand pour ceux qui ne respectent la loi et les personnes handicapées.

A suivre demain pour la suite, la fin et le vote après le débat autour d’un projet de loi qui semble quand même rassembler bon nombre d’élus de droite et de gauche.

MàJ du 12/12/2013 : http://www.franceinfo.fr/politique/le-senat-vote-le-stationnement-gratuit-pour-les-handicapes-1246599-2013-12-12

Via Handimobility, Newspress, Alvinet, ACF.
Crédit photographique : Trueline.