… et toutes les fois à plus de 40 km/h au dessus de la vitesse maximale autorisée.

Radar à Bastia

L’affaire se passe à Bastia et il aura fallu attendre le 16 octobre dernier pour que le commandant de l’escadron départemental de Sécurité Routière de Haute-Corse de la Gendarmerie qui se trouvait ce soir-là en poste sur le front de mer décide de prendre le taureau par les cornes ou exactement le motard par le guidon. Ce 16 octobre vers 23h00 une moto « remarquable » passe à fond devant le radar (vitesse estimée à 172 km/h) qui contrôle une route du front de mer bastiais limitée à 50 km/h. La plaque de la dite moto n’ayant pu être relevée à cause de la vitesse, la commandant de l’escadron de Gendarmerie fait appel aux compétences des services du centre automatisé de constatation des infractions routières (Cacir) de Rennes qui centralise toutes les infractions routières en matière de vitesse.

Passé trop vite, le radar ne note pas l’immatriculation de l’engin mais relève l’infraction et la photo confirme les dires des gendarmes présents sur place le 16/10/2012. Selon les motards de la Gendarmerie, le modèle est celui d’une moto de marque japonaise d’une cylindrée de 1.7 L dont il n’existe que quelques exemplaires dans l’île dont deux à Bastia. Quant au pilote, on sait qu’il porte un casque et des vêtements avec des signes distinctifs… presque voulu ! Durant 15 jours les gendarmes vont faire une enquête autour de la moto afin de mettre fin aux dangereux agissements de ce pilote effronté et de son « engin de mort ». Finalement le motard est repéré et convoqué à la Gendarmerie pour donner quelques explications. Et là, on constate que l’homme est un bon quadra qui est tout sauf un jeune conducteur irresponsable et il nie les faits ce qui lui vaut un renvoi devant le tribunal de Police du lieu.
Après la comparution, le conducteur de la fameuse moto est condamné, au titre de 51 infractions (une seule n’ayant pas été retenue) à 6 mois de suspension de permis et à une amende de 30€ pour chaque contravention de 5e classe et de 15€ pour chaque contravention de 4e classe. Par ailleurs, le tribunal a ordonné la saisie de la bécane estimée aux environs de 22.000€ et en plus du retrait du permis pour 6 mois, l’impétueux et provocateur motard va devoir se dépatouiller avec la perte cumulée de plus de 250 points de permis soit près de 21 fois le capital disponible sur le fameux papier rose.

Le motard quadragénaire a bien sur fait appel de l’ensemble des décisions rendues par le tribunal de Police de Bastia…
Reste que quelques éléments de droits pourraient donner gain de cause à notre homme puisqu’il n’a jamais été formellement identifié (puisque jamais arrêté) et le radar qui semble prendre de face n’a jamais relevé autre chose que des photos de la moto et non de sa plaque d’immatriculation qui doit confirmer la présence du véhicule sur le lieu de l’infraction. Reste la répétition de l’action toujours de nuit, toujours au même endroit, toujours pour narguer les forces de l’ordre !

Via CorseMatin.
Merci à V.Beaucousin-Jamelin pour l’info.