Inutile, je crois, de revenir sur le pitoyable épisode De Tomaso by Rossignolo et le fiasco automobile, économique et financier qui a suivi cette triste tentative de reprise qui était vouée d’avance à l’échec avec notamment un SUV (un exemplaire unique) construit sur une plateforme de Cadillac SRX. 

ATS et De Tomaso font cause commune

L’affaire ATS Autosport est plus calme même si on attend toujours de voir sur la route la jolie ATS 2500 GT et sur la piste la Sport 1000 au chassis ultra léger. Reste qu’il y a quelques semaine, le constructeur de Borgomanero a fait l’acquisition des droits et du nom De Tomaso. Selon les informations, le constructeur cinquantenaire compte bien faire renaitre la firme italienne mais cela se fera loin des frasques, de l’hyper communication et du non respect de l’esprit sportif de la marque.

Ainsi on a appris, pour des raisons d’image mais aussi de budget qu’il n’y aura pas de retour d’un SUV dans la future offre De Tomaso si toutefois l’entreprise et le nom renaissent une fois de plus de leurs cendres. Si l’on en croit les propos du patron d’ATS-AUTOMOBILI TURISMO E SPORT, la priorité pourrait être donnée à la renaissance de la… Pantera qui pourrait non pas profiter de l’agréable carrosserie de la 2500 GT mais de son chassis qui accueille un moteur en position centrale arrière.

Une affaire à suivre car elle pourrait déboucher dans quelques mois sur un projet intéressant pour les amateurs de voitures italiennes.

Via Jalopnik, WCF.
Crédit illustration : Blogautomobile.fr