Et un, et deux, et trois zéros ! C’est qu’on va finir par dire en découvrant les protagonistes de cette triste affaire. Après la mise en garde à vue des deux enquêteurs du service de sécurité de Renault c’est au tour, après messieurs Gevrey et Tixidor, d’un autre autre  responsable de la sécurité du constructeur d’être placé ce samedi en garde à vue.

Ainsi Remi Pagnie a lui aussi passé son week end sous la surveillance des services de police afin de tenter d’en apprendre plus au sujet de cette fumeuse affaire d’espionnage. Alors que deux membres de ce fameux service de sécurité ont été relâchés, on a appris que D.Gevrey a été arrêté alors qu’il était sur le point de prendre un vol au départ de Roissy et à destination d’un pays africain. Mais ce n’est pas tout puisque le parquet de Paris  a ouvert ce dimanche une information judiciaire pour « escroquerie en bande organisée » et D.Gevrey à été déféré cet après midi au triobunal pour être présenté ce dimanche soir à un juge d’instruction. Le parquet de Paris a par ailleurs requis sa mise en détention provisoire.

Il semble de plus en plus surement qu’on s’oriente vers une escroquerie organisée par des membres de la sécurité interne de Renault qui, par le biais d’un soit disant informateur « secret »,  ( tellement secret qu’il est en train de devenir inexistant ! ) ont essayé d’escroquer le constructeur en montant de toutes pièces cette affaire d’espionnage, de pots de vin et de comptes à l’étrnager. Les enquêteurs de la DCRI et les policiers chargés de l’affaire n’ont toujours trouvé aucune trace, nom ou adresse pour ce fameux informateur aux besoins financiers importants et aux honoraires plutôt élevés. Il semble donc que l’escroquerie et la manipulation soient les éléments de base de cette étrange affaire qui a tout de mis au ban trois salariés qui n’avaient rien demandé et qui n’ont à priori rien à se reprocher dans cette pseudo affaire digne Barbouzes ou du Géo Paquet.

Reste que chez Renault, il va falloir qu’à la direction quelqu’un ou même plusieurs prennent leurs responsabilités et assument les suites de cette désastreuse affaire tant pour les trois hommes jetés en pâture à la vindicte populaire que pour l’image de Renault qui ressemble désormais presque plus à la Cour des miracles qu’à un constructeur automobile ! Et que dire des accusations sûres, certaines, irrévoquables basées sur des documents solides lancées un dimanche soir au journal télévisé de 20 heures….

MàJ du 14/03/2011 : D. Gevrey a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée et écroué ce soir. Selon les deux autres gardés à vue du week end, c’était lui le centralisateur des « informations » .

Via LesEchos, Metro, LePost, Reuters, OuestFrance.