Perrichon et Cochet, marions les !

Augmentation du Malus, diminution ou suppression des bonus, augmentation de la TVA, arrivée de la Contribution Climat-Energie, hausse du prix des pièces et de l’entretien, un secteur automobile, jadis moteur de l’économie, désormais en crise, un climat autophobe savamment entretenu par une classe politique et communiquante et comme si la coupe n’était pas pleine, voilà que Chantal Perrichon et Yves Cochet en remettent une couche !

Alors que nous pourrions voir arriver en fin d’année une baisse de la vitesse maximale autorisée sur les routes et autoroutes du pays, la fameuse présidente de la Ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon revient à la charge avec une idée qui lui colle à la peau, encore plus limiter la vitesse sur les routes et notamment sur les départementales. Chantal Perrichon relance donc l’idée d’une limitation de la vitesse à 70 km/h sur les départementales, réputées, souvent à raison, dangereuses ou accidentogènes… Mais qu’entend t-elle par départementale puisque que nous savons tous que les Nationales sont devenues des Départementales il y a quelques années dans le cadre de la politique de décentralisation et de transfert des compétences. Et puis pour pas 53.7 km/h ou 46.25 km/h pendant qu’on y est, il sera ainsi encore plus facile de « choper » les délinquants en puissance que sont les automobilistes !

Et comme si cela ne suffisait pas, le député européen d’EELV, Yves Cochet en rajoute une couche mais cette fois au nom de « l’écologie » et du budget de l’état. Le député de proposer avec véhémence et insistance le projet suivant :  » Il faut d’urgence baisser les limitations de vitesse autorisées en passant de 130 à 90 km/h sur autoroute, de 90 à 60 km/h sur route et de 50 à 30 km/h en ville. Ce serait extrêmement efficace en matière de santé, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’économie de carburant. On gagnerait sur tous les tableaux et la France économiserait au moins 10 milliards d’euros par an sur ces importations de pétrole. Comme il s’agit du Code la Route, le Premier Ministre pourrait tout simplement prendre un décret dans ce sens. » 

Que dire devant tant de clichés, d’idées sottes et toutes faites qui semblent venir tout droit d’un zinc de bistrot où l’on refait le monde à chaque instant. Oublier des notions de temps, de sécurité, d’économie et de social, cela relève quand même d’un quasi obscurantisme intellectuel et d’une vraie absence de lucidité de la part de certains politiques et de certaines associations qui vivent arc boutées sur des dogmes féroces pour ne pas dire intégristes ! Non, la France n’est pas autophobe… encore une baliverne trop hype.

Via LCI,40 Millions d’automobilistes.