0 g de CO2, 0 L/100 km, un habitacle épuré comme la ligne de la voiture, un tableau de bord limité à sa plus simple expression puisque limité à un iPhone paramétré, voilà très rapidement la voiture présentée il y a quelques semaines par le réputé sellier-malletier français.

Un poids plume limité à 70 kg, des dimensions contenues (L : 1.60 m x l : 0.97 m x h : 0.65 m), des roues de 12 pouces chaussées avec des pneumatiques à très très faible résistance au roulement, des freins arrières à patins en gomme « Extra Strong Quality » et une Vmax variable en fonction du gabarit du pousseur ou de l’inclinaison de la pente !

Pour faire dans le beau, le souple et le luxe, Louis Vuitton a réalisé cette Soap Box autour d’un chassis intégralement en peuplier. Le chassis et la structure xylotubulaire sont recouverts de la très classique toile enduite à damier du grand malletier et le pilote  s’installe confortablement sur un siège en alcantara gris anthracite assorti à l’alcantara capitonné qui fait le tour du cockpit. On découvre aussi un beau volant en métal et bois qui s’inspire de ceux qu’on trouvait dans le passé sur les avions. Bien sur cette caisse à savon de grand luxe profite de la finition et du savoir faire Vuitton.

On doit cette « merveille » de pureté et de simplicité dans le design mais aussi de luxe à l’équipe Innovation de Louis Vuitton qui fait en passant un clin d’oeil à la boutique Vuitton des Champs Elysées puisque le numéro de course 101 de la version de démonstration correspond à l’adresse du magasin de ce lieu qui plait tant aux filles, aux chinois et au russes !

La Soap Box a été produite à quelques exemplaires qui ne sont pas en vente mais qui sont exposés dans quelques boutiques « top hype » de l’entreprise dans le monde. Si vous allez à Courchevel dans quelques jours, sachez que la voiture écologique de Vuitton sera exposée au festival Born Designers qui a lieu du 25 au 29 janvier prochains. Et si le vrai luxe, c’était l’écologie ?

Crédits photos : Louis Vuitton, Le Point, Intersection Magazine.