AMG GT R - 15C’est vert, ça fait VROOUUP et ça va vite. On dirait une devinette, mais la réponse est simple : il s’agit de la déclinaison radicale du coupé Mercedes-AMG, la GT R

Bon sang, quelle calandre ! En reprenant presque sans modifications celle des version GT3, Mercedes-AMG affiche clairement la couleur (verte) pour sa GT R, version encore plus performante du coupé GT. L’origine de cette calandre revient cependant historiquement aux coupés 300SL qui ont couru la Carrera Panamericana.

Plus agressive, cette GT R reçoit avant tout une version plus poussée du V8 de 4 litres biturbo, atteignant maintenant 585 ch (contre 510 pour la GT S et seulement 462 pour la GT) et développant 700 Nm de couple. Le gain de puissance se fait par le biais de nouveaux turbos soufflant à une pression supérieure (1,35 bar au lieu de 1,2) et diverses optimisation mécaniques et électroniques. La transmission se fait toujours uniquement aux roues arrières, mais la boîte 7 rapports Speedshift est optimisée spécifiquement pour ce modèle, proposant une 1ère plus longue et une 7ème plus courte.

AMG GT R - 19

La GT R inaugure une nouveauté importante chez Mercedes : ses roues arrières sont dorénavant directrices, à l’instar d’une Ferrari F12 TDF (ou aussi plus simplement d’une Renault Mégane GT). Jusqu’à 100 km/h le braquage se fera dans le sens inverse de celui des roues avant, pour passer dans le même sens une fois cette vitesse atteinte. L’amplitude maximale est de 1,5°. C’est intéressant de voir cette technologie des années 80 revenir au goût du jour. D’autres ajustements de châssis et aérodynamiques sont également de la partie, dont un bouclier avant mobile, créant un effet Venturi pour littéralement scotcher la voiture à la route. Le diffuseur arrière a également été modifié et reçoit une nouvelle sortie d’échappement centrale dont la sonorité peut être modifiée, ainsi que deux sorties supplémentaires peintes en noir sur les côtés du bouclier. L’aileron arrière devient quant à lui fixe. Les suspensions sont dorénavant ajustables manuellement.

AMG GT R - 02

L’habitacle reçoit peu de modifications, mais elles vont dans le sens de la sportivité et de la légèreté : les sièges sont dorénavant à réglage manuel et sont recouverts de microfibre et de cuir nappa. Des ceintures de sécurité jaunes peuvent être assorties en option aux compteurs, reprenant ainsi la couleur du logo de malle arrière.

AMG GT R - 20

Le poids de l’ensemble est de 1555 kg, en progrès de seulement 15 kg par rapport à la GT S, obtenu notamment par le biais de nouvelles jantes et d’un arbre de transmission en fibre de carbone.

Les performances sont en progrès sensible : 318 km/h et 0 à 100 en 3,6 secondes (contre 310 et 3,8 secondes pour la GT S), mais c’est surtout sur circuit que la GT S est attendue. A force de faire de multiples références au circuit du Nürburgring (surnommé l’enfer vert), y compris avec le coloris exclusif « AMG Green Hell Magno », il va falloir que Mercedes-AMG officialise un chrono sur la mythique Nordschleife. Le développement du coupé a d’ailleurs été mené pour une bonne partie sur cette même piste. Alors Mercedes, prêt à croiser le fer avec une autre GT-R, la Nissan ?

La révélation officielle du coupé a eu lieu ce week-end lors du Festival of Speed de Goodwood, ce qui a donné lieu à une exhibition plutôt musclée, bien plus intéressante que la vidéo officielle avec Lewis Hamilton, bourrée d’effets spéciaux et d’image de synthèse.

Mercedes-AMG n’en a pas terminé avec sa GT, car de nouvelles variantes sont attendues : une pistarde GT4 et surtout une découvrable, a priori dénommée GT Roadster, dont un prototype a été surpris récemment en Allemagne. Sa sortie officielle se ferait d’ici la fin de l’année.

AMG GT Roadster

Crédits photo : Mercedes-AMG, my_spotter63