MGA Cafe racer

Début des années 50, les ventes des fameuses MG T s’effondrent, il est temps pour MG, passé sous le contrôle de BMC au sortir de la seconde guerre mondiale, de réagir et de travailler à un nouveau modèle plus dans l’air du temps, plus moderne, plus performant. Et si les ingénieurs de Morris Garage travaillent surtout à l’amélioration des MG T et un peu à nouveau modèle, à la direction de British Motor Corporation, on ne l’entend pas tout à fait de cette oreille. Priorité est donnée à une marque, Austin, les autres attendront. 

Le patron de BMC , Leonard Lord surveille essentiellement le niveau des ventes et le budget de MG, le reste ne l’intéresse que peu. Mais devant la catastrophe annoncée avec la forte baisse des ventes des roadsters à l’ancienne, il se décide en 1954 à donner son feu vert pour le développement. Les ingénieurs et leur patron Sydney Enever vont créer et mettre au point en moins d’une année, une auto aux formes modernes et fluides. Si au départ, celle qui sera la future MG A est construite sur un chassis de MG T adapté, la voiture évoluera très vite avant sa sortie pour adopter un nouveau chassis allongé, élargi et surbaissé qui se révèle performant et facile pour le conducteur ou le pilote.
Pour des raisons de coût, la MGA empruntera le bloc moteur et la boite de vitesse à la classique berline Magnette mais les trains roulants sont spécifiques et plutôt réussis. A la rentrée 1955, MG présente enfin un nouveau roadster, la MG Type A.

La MGA fera carrière avec différents moteur 1.5 L et 1.6 dont les puissances seront comprises entre 70 et 108/110 ch qui permettent à l’auto de proposer des Vmax allant de 155 à près de 185 km/h selon les motorisations. En 1956, MG dévoile la version coupé qui fera une carrière parallèle à celle du roadster sous les versions Mk1 jusqu’en 1960 puis MK2 jusqu’à la mi 1962. En 6 années, MG produira 101.321 exemplaires du modèle ce qui permet de le retrouver encore assez facilement de nos jours même si les tarifs (bien aidés par la spéculation ambiante) ont assez fortement augmenté depuis quelques années.

Pour le plaisir, je vous propose de découvrir une vidéo façon road trip qui met en scène une belle version Coupé façon Café Racer et sa pilote. C’est agréable, ça détend et ça nous éloigne des tristes voitures autonomes qu’on nous annonce comme les vraies bonnes voiture du futur, ce dont je doute !

Via Coo&Vintage, Vimeo.