La semaine dernière, nous avons recu une invitation qui ne se refuse pas, une visite du salon de l’automobile en compagnie du directeur du style Renault, Laurens Van Den Acker.

Nous avons donc eu le privilège de pouvoir discuter et partager nos avis avec le designer, patron du style de Renault, sur différents modèles phares du Mondial de l’Automobile. Des autos comme la Peugeot Onyx, 2008, BMW Active Tourer, Audi Crosslane et quelques autres ont été soumis à la question mais aussi et surtout à l’avis et à l’oeil expert de L.van den Acker. Nous avons parlé design, mais pas seulement puisque l’ écologie, la concurrence, l’hybridation et les voitures électriques ont été au centre d’un échange extrêmement enrichissant.



 

Chez Peugeot, l’Onyx est l’expression pure de l’ADN Peugeot. Le concept car apparait comme très intéressant pour l’utilisation des matériaux (dont le cuivre) ainsi que dans la conception de son intérieur notamment avec du feutre/carton et plusieurs technologies recyclables (journaux pressés, et ensuite fraisés) et c’est selon le designer une réelle exploration de la matière. D’un point de vue professionnel pour la marque, ce concept renforce le coté sportif, soigné de la marque Peugeot. Mais concernant la face avant, il estime  que la face avant annonce le retour du Lion au centre de la calandre. Pur hasard, retour en arrière ou volonté de plaire à la clientèle ? A propos de la série Auto, Moto, Vélo en juste symbiose, il estime avec le sourie que la seule chose qui manque est le moulin a poivre cuivré !

2008 : Le Segment du cross-over est très important et ce 2008 montre la sophistication que cherche Peugeot avec des lignes tendues et sérieuses. Quand Renault cherche un coté latin, Peugeot cherche lui la rigueur a l’allemande avec des attentions bien particulières sur les détails (phare, feux). La voiture est assez belle et elle pourrait être intéressante visuellement même avec des roues de taille « normale ». Le tout est de savoir si ils garderont le petit mouvement sur le toit qui participe à l’allure du crossover et qui peut être considérer comme un disret clin d’oeil à la Rancho. Finalement, nous aurons une gamme de cross-over très large et intéressante en France. Ce sont des voitures en passe de devenir des autos presque communes (NDLR : contrairement aux tricorps sur le milieu de gamme), prévues pour tout le monde, notamment quand les constructeurs trouve le bon « espace »… ou plus précisément la bon rapport volume/encombrement comme ce 2008. Reste maintenant a savoir comment entrer dans cette voiture ! (pas de portière). Le designer de poursuivre : « Nous même (Renault) allons sortir un cross-over l’année prochaine et la lutte Renault-Peugeot va pouvoir continuer comme depuis presque toujours … »

La DS Numero 9 est une voiture super chic, et c’est la première fois que DS essaye de masquer le logo Citroën affin de définir DS comme une marque à part entière. De plus, depuis que Thierry Metroz est le directeur du style DS, ils ont séparé les bureaux de style Citroen et DS au niveau de la gestion générale. Cette grande auto est une super expression de ce peut être le luxe à la française bien différent et plus épuré que le design allemand par exemple. Aussi tout le monde a hâte de voir une vraie réponse française aux allemands. Cette Numéro 9 résout en partie le soucis que l’on connait sur la DS5 concernant la place disponible au deuxième rang, notamment pour le marché chinois, car ils aiment avoir de l’espace à l’arrière tout en étant dorloté dans un espace douillet. Avec la DS Numéro on retrouve un peu une silhouette hatchback stretching comme le Porsche Sport Turismo sachant que le constructeur était le premier sur le coup !

BMW Active Tourer : BMW commence a faire des scenic et nous chez Renault on se cherche désormais à faire des voitures sensuelles et sportives explique L. van den Acker avec un petit rire malicieux et il détaille : « BMW présente un monospace (sportif) traction avec une volonté de sérieux et cela passe par la présentation d’une auto très proche de la production. En agissant ainsi, BMW cherche à concurrencer la Mercedes Classe B mais surtout se donne les moyens pour commencer à s’attaquer aux Golf (et Golf+ et Touran), Scenic et autres Picasso ou C-Max tout en prenant de vitesse Audi qui est un peu à la traine sur ce segment. Cela  tombe bien que BMW se lance dans l’électrique et l’électrique avec R.E car sans concurrence et sans offre, il n’y a aucune chance d’avancer. Si une idée n’est pas copiée alors ce n’est pas une bonne idée. Renault est un dans ce secteur un peu en avance dans la compétition et toute compétition est bénéfique à bénéfique à l’évolution technique, stylistique que commerciale. »

Mini : Le designer de dire : « Un concept plus qu’une gamme. Mini veut toujours avoir dans chaque segment, la voiture la plus petite. Ce qui nous a toujours inspiré chez eux ce ne sont pas les autos c’est essentiellement leur stand et leur com’ avec un package total : stand, musique, couleurs, personnes…  C’est un statut de marque admirable et comme souvent chez eux une belle session de communication. Chez Renault nous avons aussi changé notre stand. Nous l’avons voulu attrayant, festif presque sensuel avec une explosion de couleurs et de mouvements. Mais a coté de ça, nous savons aussi faire dans la sobriété comme c’est le cas sur le stand Dacia qui se veut plus germanique… à moins que ce ne soit plus clinique ! »

Au sujet de la Volkswagen Golf, le patron du style de Renault explique : « C’est la voiture ‘Kaiser ». Elle n’est pas forcément étonnante aux premiers abords, mais quand on y regarde de près, qu’on fait attention aux détails, tout y est très soigné et l’ensemble confère à la voiture cette confiance nécessaire pour ce type d’auto sur ce segment principal du marché au niveau européen mais aussi mondial. La Golf c’est le benchmark, la référence et c’est la plus soignée niveau « engineering » général mais aussi au niveau des formes, il n’y a pas un gramme en trop, tout est à la bonne place !

Audi CrossLane : Laurens van den Acker de faire remarquer qu’Audi essaye de créer aujourd’hui plus de diversification sur la face avant de ses véhicules car il est désormais devenu très difficile de distinguer une Audi d’une autre notamment de face et le dessin très rectiligne de l’Audi Crosslane est une manière de trouver une nouvelle voie mais ce ne sera pas évident. L’impression est très déstructurée mais aussi très froide (pas forcément ce qui séduit !) mais au moins sur ce coup ils ont penser à oser une nouvelle tendance.. mais est ce que ce sera la bonne ?

Selon VDA, l’Opel Adam est née essentiellement de la réussite des Mini, 500 et DS3.  Opel a essayé de créer une automobile iconique pour faire la compétition sans avoir d’historique dans le segment des citadines premium (NDLA : On rappellera quand même qu’au delà de Mini, aucun constructeur n’a vraiment d’histoire sur ce segment avant 2005 sauf peut être Renault avec la fameuse Supercinq Baccara mais le constructeur a hélas déserté le segment).  Dans l’Opel Adam tout y est et le centre de style allemand a fait ce qu’il faut du point de vue design avec des livrées bi-ton, un peu de chrome mais surtout un intérieur « incroyable » et une offre de personnalisation jamais vue sur une petite citadine. Laurens nous dit qu’il veut aimer cette nouvelle auto car l’Adam change de ce qui existe mais s’il dit avoir un peu de mal avec les proportions de l’auto (nez long, arrière court) qui peuvent être un atout par leur singularité ou un désavantage face à une frange de la clientèle de ces petites autos qui est et reste conservatrice !

Dernier concept car où s’attarde le directeur du design de Renault, McLaren.  La voiture est très basse presque trop notamment à cause de la cabine posée et non intégrée. la voiture fait très organique, un peu trop même pour passer en série. Si la MP4-12C est parfois considérée peu être trop conservatrice, sans trop de caractère, à l’inverse, la P1 est elle surement allée trop loin. Ce qui nous donne l’impression que McLaren n’a pas encore trouvé le juste équilibre entre avoir l’effet « waouh » et le « ouais c’est bien ! ». Pour séduire il ne faut pas forcément aller trop loin et perdre en cohérence visuelle. Ici, le tout donne quelque chose de super exagéré, une explosion de formes, pas forcément homogènes et fluides ce qui fait que malgré la rondeur de l’ensemble il serait presque trop fragile pour prendre la route ou la piste.
La matinée s’achève, le designer avant de nous quitter nous accorde encore un peu de temps et prend le temps de discuter avec ses invités, toujours avec attention et amabilité ce qui rend cette matinée fort agréable.

Un grand merci a Laurens van den Acker pour sa disponibilité et l’équipe Renault pour leur invitation.

Propos receuilli et mis en forme. 

Galerie photo Adrien Séné :