Montecarlo-Automobile-Rascasse.9

A Monaco il n’y a pas que Venturi comme « constructeur » automobile, il y a aussi Monte Carlo Automobile qui est une petite marque qui fête cette année son trentième anniversaire. Pour l’histoire, sachez que cette marque fut fondée en 1983 par Fulvio Maria Ballabio qui fut pilote en Indycar Series et en Offshore avant d’être ingénieur.
Au chapitre des faits d’arme de ce constructeur, on note essentiellement la Centenaire en 1992 qui fut la première supercar  du marché entièrement réalisée en fibre de carbone. Cette Centenaire qui existait en version coupé était propulsée par un V12 Lamborghini. Cette auto eut son heure de gloire en 1993 en remportant sa catégorie aux 6 Heures de Vallelunga.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après plus de 12 ans de quasi silence, la firme revient un peu sur le devant de la scène médiatico-automobile en 2005 avec l’ALA 50 qui est une voiture de course QuadriFlex fuel alimentée soit par du GPL,  du méthane, de l’éthanol ou de l’essence traditionnelle. Christian Contzen est d’ailleurs de l’aventure automobile. Cette auto sera homologuée par la FIA en catégorie Alternative Energie Cup et obtiendra même un podium en compétition.
L’an passé, Monte Carlo Automobile met sur la piste la BRC à moteur W12 d’origine Bentley (développée avec BRC un des leaders mondiaux de la transformation GPL) qui est encore une voiture de course Flex fuel méthane/GPL. Cette auto finira 8eme aux 4 heures d’endurance de Monza.

Et en 2013, le petit constructeur monégasque délaisse la compétition et le Flex fuel pour revenir vers une voiture de sport plus classique, la Rascasse. Ne voyez pas dans ce nom un coup de com’ pour le poisson ou à la soupe qu’apprécie les marseillais mais plutôt un hommage au fameux virage à droite du circuit de Monaco qui se passe en seconde et aux environs de 80 km/h.

Cette nouvelle Rascasse est une supercar à l’allure assez réussie qui se présente sous la forme d’un spider équipé d’un hard top amovible. On pourra voir de l’influence Ferrari dans le dessin de cette voiture et on remarquera un pare brise qui vous dira surement quelques chose dans sa forme !

La voiture est propulsée par un moteur V12 5.4 L d’origine bavaroise adapté à la sauce britannique puisqu’il s’agit du moteur qui propulsait il y a déjà quelques années la Rolls Royce Silver Seraph à la fin des années 90. Revu et modifié ce V12 développe dans sa version de base quelques 500 ch. Comme c’est de tradition chez le constructeur, cette Rascasse fonctionne aussi bien au méthane, à l’essence qu’au GPL enrichi d’hydrogène selon un procédé mis au point par les italiens de BRC.  Dans ce cas, il est associé à une transmission aux roues arrière. Mais ce n’est pas tout puisque Monte Carlo Automobile annonce une version hybride avec le même moteur mais associé à un compresseur et à une transmission intégrale. MCA n’annonce pas encore de puissance et de performances pour cette version mais nous devrions en apprendre un peu plus dans les prochains mois.

Si la carrosserie sent bon le design italien, l’habitacle s’inspire clairement du monde du motonautisme de luxe avec des tons clairs, du cuir, du métal et de belles boiseries « marines ». Alors que les précédente MCA était construite dans l’usine-garage du quartier de Fontvieille à Monaco, la Rascasse sera assemblée en Italie chez des spécialistes ( par exemple : Enrico et Fabio Lavazza à Crevoladossola pour la fabrication de la carrosserie et l’assemblage, la Carrozzeria Ali Fabrizio à Domodossola pour la peinture ou la Falegnameria Filippini à Coimo pour la finition de l’habitacle inspirée de celle des bateaux Riva). Il semble que seules les fabrication et mise au point des moteurs V12 soient faites à Monaco.

MCA annonce une production d’environ une quinzaine d’exemplaires de la Rascasse (toutes motorisations confondues) et selon différents sites (MCA ne communique pas encore sur les tarifs), les prix devrait s’échelonner entre 300.000 et 500.000€. Une aventure automobile monégasque à suivre.

Via MCA, Falegnameria Filippini.