Traditionnellement chaque année alors que le printemps sort de sa torpeur, c’est du coté de la ville de Castelfranco Emilia que les V6, V8, V12 nés en Italie s’éveillent pour préparer les meetings , les concours d’élégance, les sorties clubs ou les rallyes qui vont rythmer la saison. Et une fois encore le rassemblement d’ouverture de la saison tient toutes ses promesses avec son lot de belles italiennes construites dans les usines de Maranello et de Modène et quelques Lamborghini ou Pagani.

Au programme toujours des merveilles mécaniques et esthétiques qui raviront les amateurs. Et cette année, il y avait une vraie rareté avec la présence d’une Ferrari unique rare et quasi inconnue pour beaucoup, la « Ferrari » Auto Avio Costruzioni 815 de… 1939 !

Et oui cette « Ferrari » qui n’en est pas encore une date de  1939, époque à laquelle Enzo Ferrari quitte Alfa Roméo dont la Scuderia était la branche compétition. Aussi Enzo Ferrari est lié par contrat avec Alfa Roméo par une clause qui lui interdit de pouvoir utiliser le nom de Ferrari durant les cinq années qui suivent la séparation d’avec la firme au biscione. C’est ainsi qu’Enzo Ferrari crée Auto Avio Construzioni pour pouvoir fabriquer ses propres autos. Et très vite, les premiers clients arrivent et parmi eux, il y a un ancien client de la Scuderia Ferrari qui lui demande de lui créer et fabriquer une auto pour la mythique course des 1000 Miglia de 1940.

Enzo Ferrari n’ayant pas de chassis propre disponible récupère un chassis de Fiat 508 et par un coup de génie accole deux moteurs Fiat de 748 cm3 pour créer un L8 cylindres de 1496 cm3. Le nombre de cylindres ( 8 ) et les deux premiers chiffres de la cylindrée ( 15 ) donneront l’appellation 815, pas plus compliqué. Le principe restera et sera utilisé à maintes reprises par Ferrari. Deux AAC 815 furent fabriquées puis coururent aux 1000 Miglia 1940 et ce furent les deux premières vraies Ferrari même si elle ne portaient pas le nom mythique à cette époque. Une AAC 815, c’est un L8, SOHC 16V avec carter semi sec de 72 chevaux à 5500 trs/min alimenté 4 carbus Weber double corps, une BVM4 accolée au moteur pour un poids plume de 625 kg. Ces « petites caractéristiques autorisaient une Vmax de l’ordre de 170 km/h. Pour les 1000 Miglia , Ascari, Rangoni, Nardi et Minozzi formaient les équipages de ces deux AAC 815. Toutes les Ferrari ne font pas 500 chevaux…

Et vous remarquerez que cette AAC 815 était déjà une SuperLeggera…

Et pour le plaisir, une galerie avec, entre autres, une 330, une Daytona, une rare Maserati Mexico, une 308 GT4 et plein d’autres belles italiennes…

Ci dessous, une rare Maserati Mexico dessinée par Vignale et apparue en 1965.

Ci dessous, les divas mécaniques italiennes en mouvement et avec le son… juste pour le bonheur de voir circuler de belles autos !

http://www.youtube.com/watch?v=F1v__pwc974

Via Italiansupercar, Youtube.