Photo du Nissan Juke 2010 durant les essais presse internationaux

C’est à Francfort (là où beaucoup de marques automobiles ont leur siège européen) que nous sommes allés essayer les Nissan Juke et Murano 2010. Deux modèles très différents en termes de gabarit et de finition. Et de prix. Evidemment.

Nissan se déclare pionnier du segment des Crossover (crossover voulant dire mélange, croisement et dans l’automobile désignant une variante du SUV) mais on peut dire – si on pousse un peu fort – que les premières tentatives de Crossover remontent à aux années 60 avec la Moskvitch 402.

Avec un nom comme ça vous vous doutez bien qu’elle est Russe. Tentative suivi par la Matra Rancho et par Nissan en 2001 par le Murano … suivi du Qashqai (la voiture dont le nom est impossible à écrire) en 2007. Bref voilà Nissan les pieds dans le plat : ils font des crossover et seront suivis par d’autres constructeurs un peu plus tard.

Le Juke fait partie du Segment B. Oui en automobile on a des segments. A, B, C (ou M1) , D (ou M2), H et SUV. Le B correspond à des voitures dites citadines polyvalentes et c’est sûrement là qu’il faut se trouver en ce moment puisque c’est un marché en pleine explosion!

La promesse et les gammes (ainsi que les tarifs)

La promesse

Voici qu’arrive le Juke, petit frère du QASHQAI et du Murano, prêt à bousculer les conventions. Visant un marché plus jeune, lassé du peu d’originalité des 5-portes classiques, le Juke est un mélange de style, d’irrévérence et de sportivité avec un sens enjoué de l’espièglerie. Il n’a pas son pareil dans la rue aujourd’hui.

C’est ainsi que la marque présente son bébé. Une voiture conçue en Europe, disponible en trois motorisations déclinées ainsi :

J’ai eu l’occasion d’essayer le 1.6L à injection directe (le DIG-T) qui développe 190 chevaux … et qui envoie pas mal ainsi que le plus modeste mais pas moins suffisant 1.5 dCi de 110 chevaux.

Les gammes

Le Juke se décline en 3 gammes : Visia, Acenta et Tekna. De base (Visia) on trouve la clim, les vitres électriques à l’avant et à l’arrière (oui c’est une cinq portes et il y a des places à l’arrière hehe), banquette arrière arrière rabattable 60/40 et lecteur CD avec prise jack. C’est presque de série partout maintenant mais on trouve aussi 6 airbags, l’ESP …. il n’y a que dans la Tata Nano que ça n’arrive pas :mrgreen:

La gamme Acenta ajoute le système « Nissan Dynamic Control System (NDCS) » (grosso merdo un système qui vous permet de configurer le comportement de la voiture selon trois modes : Normal / Sport / Eco et jouant sur la cartographie moteur / boite et la direction ainsi que la clim’… ET permet de paramétrer l’allumage automatique des feux, le verrouillage centralisé etc etc) . Ajoutez à ceci des jantes en alliage 17″, une clim automatique, et un système audio avec connectivité bluetooth et prise USB pour votre lecteur mp3 / iPod.

Et la crème de la crème (enfin … tout est relatif bien sûr) c’est la gamme Tekna qui intègre le « Nissan Connect » .. un beau mot pour dire le tout en un (musique / téléphone / navigation GPS) de la marque , système dont l’écran n’est pas hyper grand mais qui fonctionne particulièrement bien et – selon les pays – qui est aussi accompagné d’une délicate caméra pour regarder tout ce qui se passe quand vous stationnez. On ajoute la clef « intelligente », le démarrage sans clef, les vitres surteintées, la sellerie cuir, allumage automatique des feux et des essuie-glaces… et -tadam- les pédales sport.

Tarifs

Dans l’ordre des finitions la Visia commence à 16490 euros avec comme option la peinture métal, suivie par la Acenta à 17490 euros (options : Peinture métal / pack sport / Pack connect) et la Tekna à partir de 20240 euros (options : peinture métal et boite CVT)

Mon petit avis : des tarifs tout à fait raisonnables à la vue de la finition de la voiture

Conduite, vie à bord et ressenti

La voiture surprend de prime abord, il faut dire que le look est agressif (*surtout l’arrière aie aie aie c’est pas habituel*) . A bord on est bien assis, à l’avant comme à l’arrière. Evidemment pas comme on serait assis dans une grosse berline mais il y a tout de même de la place pour les jambes. Le conducteur remarque rapidement que les miroirs de courtoisie n’ont pas de petite lumière, dommage pour un véhicule qui veut toucher une clientèle féminine. Pas de volant réglable en hauteur profondeur non plus, c’est comme ça et c’est tout , on ne peut pas tout avoir à ce prix là paraît-il.

Les deux motorisations essayées prouvent que d’un petit moteur, Nissan arrive à tirer pas mal de puissance et de flexibilité, de 110 à 190 chevaux, le Juke s’en sort bien. Il ne faut pas compter sur une isolation absolument dingue, à bord vous entendrez le moteur 😉

Le chassis… que dire… En deux roues il est assez possible de le prendre en défaut si vous attaquez un virage un peu trop vite, la version 4×4 souffre moins de cet effet mais dans tous les cas on ressent la hauteur du centre de gravité et le poids…. Eh oui. C’est ça un Crossover, c’est un peu haut.

Les équipements de la version essayée étaient au top. « Normal » nous avons essayé la bonne finition c’est à dire la Tekna à laquelle il ne manque rien. Excellent point pour le GPS qui ajuste son niveau de zoom très bien… pas souvent le cas sur les systèmes concurrents.

Grosso modo le Juke m’a plu : un comportement routier tout à fait dans les normes pour un véhicule de ce gabarit, un prix bien placé mais il faut apprécier le design qui est « particulier » si on veut rester politiquement correct. Agressif, bien pensé pour un véhicule urbain à la clientèle dynamique.

Quelques détails manquent à l’appel au niveau de la finition quand on se dit que les femmes voudront acheter cette auto et qu’il n’y a pas de miroir de courtoisie avec la petite lumière, on se demande si chez Nissan on a assumé que toutes les femmes étaient des baroudeuses qui ne se maquillaient que pour sortir dîner. Débordons d’ailleurs sur le fait que de plus en plus d’hommes se maquillent 😀

Le Juke est tout de même un peu lourd – surtout en version 4×4 – et sa sportivité sera relativement limitée. Le volume du coffre n’est pas extraordinaire (le design c’est bien mais ça vous ampute une voiture de nos jours… ^^). Ce sont nos seules réserves sur la voiture qui est au demeurant un engin original.

Après avoir essayé le Juke nous avons attaqué son grand frère le Murano. Autre univers mais globalement une réussite!