Il y a exactement un an, Ford m’invitait à découvrir la nouvelle Fiesta. Cette année, c’est au tour de la berline compacte du segment C, la Focus. C’est dire la rapidité avec laquelle le constructeur américain renouvelle sa gamme. Au programme de cette nouveauté : une nouvelle boite de vitesse, un intérieur modernisé, un style extérieur consensuel mais avec 3 personnalités différentes. Alors découvrons ensemble la nouvelle Focus !

Nous avons eu la possibilité d’essayer les deux finitions que le constructeur compte vendre le plus : ST-Line, qui préfigure le style extérieur sportif que pourrait arborer la future ST. Et la finition Vignale que vous commencez à connaître et qui est la déclinaison chic selon Ford. Deux voitures aux styles extérieurs différents, mais aussi aux comportements routiers assez distincts.

Version ST-Line

Commençons par celle qui est passé entre nos mais la première, la ST-Line. Elle représente donc la version sportive de la nouvelle Focus. Rabaissée de 10mm, celle-ci dispose d’un style extérieur très sportif avec un bouclier avant très anguleux qui annonce une sportivité assumée. Surtout dans cette jolie couleur bleue nommée “Desert Island Blue”.

A l’arrière, on retrouve un spolier travaillé et un semblant de diffuseur pour assoir un peu plus la voiture. Deux sorties d’échappements sont là aussi pour accentuer ce côté sportif. Notre modèle d’essai était doté de jantes 17″, bien dommage lorsqu’on connaît la beauté des jantes 18″ que l’on avait pu découvrir lors du reveal (voir ci-dessous).

A l’intérieur, on est un peu déçu par quelques détails comme cet insert en plastique imitant le carbone sur la planche de bord, qui donne un effet bas de gamme. Un détail fâcheux quand on voit l’effort fait par Ford pour donner de la qualité et de l’ergonomie au reste de l’habitacle. L’écran est beau, les plastiques du haut sont de très bonne facture, les sièges sont confortables et maintiennent bien surtout sur les routes dévalées lors de notre essai.

Passons à la conduite de cette version sportive ! Le moteur le plus puissant disponible pour le moment sur cette nouvelle Focus équipait notre monture du jour. Ce 3 cylindres de 1.5 litre et 182 ch est en fait celui qui équipe la petite bombinette de Ford, la nouvelle Fiesta ST. Ce moteur dispose d’un système de désactivation d’un cylindre qui est tout bonnement imperceptible.

Nous avons conduit cette nouvelle Ford Focus dans l’arrière pays Niçois, sur de belles routes montagneuses qui serpentent sur des dizaines de kilomètres. Et au volant, on a pu se rendre compte de la qualité exceptionnelle du châssis de la ST-Line. Les liaisons au sol sont très rigoureuses et on se prend à faire plonger la voiture à chaque lacet tant la voiture est saine et amusante à emmener.

La direction quant à elle est plutôt bien conçue. Malgré un feeling parfois trop aseptisé, la précision est bien là. On place la voiture où le souhaite, dans presque n’importe quelle circonstance, et pour une voiture “de tous les jours”, c’est très plaisant. Voire impressionnant.

Petite déception à noter pour ma part… La modernité a été un peu trop poussée faisant disparaître le frein à main. Heureusement, la boite de vitesse redonne le sourire. Avec un verrouillage franc et un débattement assez court, même si on regrettera un guidage parfois flou.

Enfin, on se rassure avec un son à l’échappement assez flatteur pour ce petit de moteur. 😀

Version Vignale

Après une première journée à bord de la ST-Line de la nouvelle Ford Focus, nous voici aux commandes de la version “Chic”, nommée Vignale. Depuis 2016 et le salon de Genève, Ford a lancé cette finition qui se veut donc plus haut de gamme.

Cette fois-ci, nous avons eu droit au moteur essence 1.5 Ecoboost de 150 ch. En fait, le même que celui de la ST-Line mais dégonflé. Côté transmission, c’est cette fois la nouvelle boite automatique à 8 rapports, et son joli sélecteur, qui nous permettra de profiter d’un bel agrément de conduite.

La version Vignale se distingue par un traitement plus chic avec des chromes un peu partout sur la carrosserie comme sur la grille d’aération à l’avant avec le fameux V. Mais aussi sur le bouclier avant beaucoup plus sage que la version ST-Line, ou encore sur l’entourage des fenêtres.

A l’intérieur, la sellerie cuir est spécifique et très confortable. Et à la différence de la précédente finition, les inserts en vrai bois (plaquage) sont de très bonne facture et sont agréables autant à l’œil qu’au touché.

La conduite de cette version Vignale est beaucoup plus “smooth”. Cette sensation de douceur et plaisir à son volant est en grande partie dû à une boite de vitesse très douce à utiliser. Les passages se font avec une rapidité et une simplicité qui ferait pâlir certaine boite à double embrayage. Là où d’autres boites automatiques mangent du couple, cette boite de vitesse maison laisse la puissance du moteur s’exprimer.

Mais la vraie surprise de cette version fut la suspension active (option à 1000€). Celle-ci est créée de façon à retenir les roues en cas de nid de poule. Et le résultat est très impressionnant. La voiture se déplace comme sur un matelas avec le mode confort disponible sur le sélecteur dédié. Mais là où quelques voitures avec ce type de suspension ont tendance à s’écraser à chaque virage, la Focus reste très stable sur ses appuis et permet même une conduite assez soutenue.

Et sinon il y a quoi d’autre dans cette Focus 4 ?

Si on met de côté le style sportif de la ST-Line et le côté chic de la Vignale, le design de la Focus est très, voir trop consensuel. Et c’est dommage… Les anciennes Focus divisaient sur leur design et ce n’était pas sans me déplaire, elle avait au moins sa personnalité ! Cette nouvelle génération ressemble beaucoup trop aux autres voitures du segment. Que ce soit à l’arrière avec la Tipo et la Classe A, à l’avant trop proche de la nouvelle Kia Cee’d ou encore un profil de Hyundai i30. Elle ne se démarque malheureusement pas assez face à la concurrence.

En revanche, la nouvelle Focus se veut très technologique. Elle dispose d’un système de conduite semi-autonome avec une assistance à la conduite en bouchon ou encore une reconnaissance des panneaux intelligente qui va, si l’envie vous dit, intervenir sur votre limiteur ou régulateur de vitesse automatiquement. Pour l’avoir essayée sur une partie de l’essai, cette fonctionnalité fonctionne plutôt bien même si elle lit encore trop fréquemment des panneaux qui ne nous sont pas attribués.

Elle peut également se garer seule sur une place. Vous allez me dire que ça existe déjà, mais cette fois-ci, c’est réellement toute seule ! La voiture va pouvoir se ranger dans sa place sans aucune intervention de votre part sur l’accélérateur, le frein ou la boite de vitesse.

Enfin, comme chez quelques marques premium telle que BMW, la voiture peut être couplée à une application pour smartphone. Baptisée Ford Connect, elle va permettre au propriétaire de localiser son véhicule. Mais aussi, vérifier son état, verrouiller ou déverrouiller le véhicule ou encore le démarrer à distance. Elle dispose également d’un modem 4G pour permettre à 10 équipements de se connecter au Wifi.

Côté tarifs ça donne quoi ?

La version de base baptisée Trend est disponible à partir de 19 550 € avec le 1.0 EcoBoost de 85 ch. Mais sachez-le vous n’aurez pas grand chose pour ce prix. Pour avoir des prestations honnête il faudra vous tourner vers la version Titanium dès 24 650 €, avec le même moteur mais développant une puissance plus confortable de 125 ch. Les versions STline et Vignale essayées sont respectivement vendues à partir de 27 400 € et 30 250 €.

Lorsqu’on regarde les références dans la concurrence en France la Megane et la 308. La Focus dispose d’un avantage pécunier non négligeable. Il peut aller jusqu’à 5 000 € selon les finitions en ne perdant pas en prestation. En faisant même mieux parfois ! C’est aussi ça la force de Ford et la Focus n’y déroge pas.

Pour conclure

Malgré quelques petits détails de finition et des matériaux pas toujours flatteurs, un style trop consensuel et semblable aux concurrentes, la Focus est belle et bien née. La berline dispose de capacités dynamiques plutôt bluffantes et de technologies uniques sur le segment. Elle se distingue donc par ces 3 personnalités (bientôt 4 avec la version Active qui arrivera fin 2018). Cette 4ème génération vaut vraiment le détour face à une concurrence vieillissante et grâce à son tarif plutôt agressif.

Merci à Ford France pour l’invitation.

Crédits photos : Ford et Ugo Missana