Présentée il y a quelques mois à Francfort, la Mégane IV RS avait, pour certains, un petit goût d’inachevé : 5 portes obligatoires, puissance ayant peu évolué et feeling de conduite moins radical. Renault dévoile ce jour la réponse à ces angoisses avec la version Trophy de son best-seller.

Commençons par le cœur avec l’évolution du moteur turbo 4 cylindres de 1,8 litres : gagnant 20 ch, il passe pour la première fois la barre symbolique des 300 chevaux pour un couple de 420 Nm (400 en boîte manuelle). Les technologies employées proviennent de l’expérience du constructeur en Formule 1 : le turbo a été modifié avec un roulement à billes en céramique pour limiter les frottements de la turbine qui tourne à près de 200 000 tours par minutes. Son temps de réponse s’en trouve amélioré. La nouvelle ligne d’échappement participe également à la hausse de la puissance.  Un clapet a été adapté pour offrir une double sonorité : agréable en usage quotidien et mesuré, nettement plus présent en utilisation sportive une fois le clapet ouvert. C’est du déjà vu par ailleurs mais cela fait toujours son petit effet, le son participant pleinement aux sensations de conduite. 2 boîtes seront disponibles : manuelle à 6 rapports ou EDC à commande au volant.

Le châssis Cup fait partie de la dotation de série avec un différentiel Torsen à glissement limité, des amortisseurs et ressorts plus fermes et des barres antiroulis plus raides de 10%. Les freins sont bi-matière pour alléger les masses non suspendues (primordial pour l’agilité de l’auto) de 1,8 kg et une meilleure résistance à l’échauffement en utilisation intensive. Les étriers sont peints en rouge, ça va plus vite (enfin ça freine plus fort…). Ils sont logés dans des jantes de 19 pouces au dessin inédit parcouru d’un liseré rougé, plus légères de 2kg mais qui ne seront disponibles qu’en 2019. La direction se veut plus directe et l’adhérence en courbe améliorée. Les 4 roues directrices sont toujours là. Rappelons qu’il s’agit de permettre aux roues arrières de pointer dans le bon sens en fonction de la vitesse pour améliorer l’agilité à basse vitesse et la stabilité à haute vitesse. Nous avions été bluffé par le système lors de l’essai de la Mégane IV en version GT par Thomas.

Côté dessin, on reste sur un format 5 portes des familles et toutes les variations déjà présentes sur la RS “normale”. Le jaune Sirius, emblème de Renault Sport est bien évidemment de la partie. Pour le reste, très peu d’évolutions, hormis le strip TROPHY sur la lame F1 et le dessin des nouvelles jantes. C’est à l’intérieur qu’arrive une option intéressante via des sièges baquets Recaro couverts d’alcantara. Niko Hülkenberg en fait lui-même la promotion : “un maintien excellent en usage sportif”. Les réglages permettent de s’asseoir 20mm plus bas, loin des conducteurs de SUV qui trônent tout là-haut. Gageons qu’elle sera cochée par de nombreux acquéreurs, permettant de se mettre immédiatement dans l’ambiance sport de la Trophy.

En résumé, sans être une révolution, la Mégane RS Trophy est la vraie RS attendue par tous les amateurs ce celle qui est devenue au fil des générations une véritable icône des compactes sportives, un temps détentrice du record du tour au Nürburgring pour une traction. Pas d’information sur la date de disponibilité ni sur le prix mais on peut tabler sur bientôt et pour quelques milliers d’euros supplémentaires. La bataille avec les autres représentantes de ce segment très disputé, Peugeot 308 GTi, Honda Civic Type R, Ford Focus RS, Hyundai i30 N, VW Golf GTi, s’annonce épique. Il y en a pour tous les goûts ! Quel est le vôtre ?

Crédit photos : Renault