Ça bouge dans le monde des SUV urbains ! Ce créneau très à la mode se renouvelle rapidement et en attendant le nouveau Renault Captur qui ne devrait pas tarder se montrer, voici le nouveau Peugeot 2008, qui change quasiment tout et montre de grandes ambitions.

Du passé, faisons table rase. Tel semble être leitmotiv de Peugeot pour ses gammes “00”. Le couple à succès 3008/5008 avait déjà abandonné le style monospace/crossover pour celui plus tendance de SUV. C’est la même logique qui préside aux destinées du 2008. Si la première itération pouvait être qualifiée de break réhaussé, le 2008 Mk.II rentre dans le rang des SUV en s’inspirant très largement du grand frère 3008.

La calandre massive semble sortir tout droit du concept Fractal ou de la cousine 208, le capot devient horizontal, les passages de roue sont marqués. et les lignes taillées à la serpe. Le 2008 est indubitablement une autre voiture, plus dans l’air du temps, et qui s’intègre parfaitement à la gamme Peugeot actuelle. Les évolutions depuis le 3008 sont de bon aloi : “facettes” sur les ailes et portes arrières, ainsi que sur les aile avant, signature LED de part et d’autre de la grande calandre.

Je suis plus dubitatif quant au bouclier avant, inutilement torturé, et au 3/4 arrière, très massif. Petite figure de style : la ligne de caisse qui se relève sur la custode, un peu comme sur le Volvo XC40. Plutôt joli, mais cela ne doit pas arranger la visibilité arrière, toujours problématique sur ce type de véhicule. L’aspect visuel est flatteur, plus “haut de gamme”, bien dans la nouvelle ligne souhaitée par la marque sochalienne. Sans en faire autant que le DS3 Crossback, le 2008 pourra être personnalisé avec le choix d’un toit noir et de quelques stickers décoratifs.

Le 2008 repose à présent sur la nouvelle plate-forme CMP, partagée avec le DS3 Crossback. Ce faisant, ses dimensions augmentent très sensiblement avec +14 cm de longueur. A 4,30 m de long, le 2008 est de moins en moins urbain, mais plus accueillant car l’empattement gagne 6 cm, toujours ça de gagné pour l’espace à bord. Le coffre évolue peu en gagnant 10 litres pour s’établir à 434 litres.

Sous le capot, c’est à la fois du classique et du très moderne. Nous pourrons ainsi retrouver les habituels blocs essence PureTech de 1,2 litre en version 100, ,130 et 155 ch. Le diesel est représenté par les éprouvés 1,5 BlueHDI en 100 et 130 ch. Mais la grande nouveauté est bien sûr l’apparition d’une motorisation électrique de 136 ch, identique à celle du DS3 Crossback E-Tense ou de la e-208. Le e-2008, puisque tel est son nom, disposera d’une batterie de 50 kWh et offrira une autonomie WLTP de 310 km. C’est encore trop juste pour une totale sérénité. Le contrôle de motricité Grip Control sera toujours disponible sur certaines versions.

L’habitacle reprend la planche de bord de la 208 et son style très moderne. Instrumentation numérique, grande dalle multimédia (7 ou 10″ selon les versions), petit volant, touches piano d’accès rapide, le 2008 coche toutes les cases des tendances actuelles, sans oublier bien sûr Apple CarPlay, Android Auto et la recharge par induction des téléphones. Evidemment, les équipements de sécurité traditionnels (freinage d’urgence, maintien dans la file, etc…) sont présents à bord.

Le nouveau 2008 sera commercialisé à partir de janvier 2020, mais les tarifs seront connus dès octobre. C’est à ce moment que nous saurons si la montée en gamme et le gain très net en qualité perçue permettront ne se feront pas trop cher payer. Il a, sur le papier, tous les arguments pour faire un malheur sur le segment.

Crédits photos : Peugeot