Opel-Bochum

Après l’échec des négociations avec les syndicats, la direction d’Opel a annoncé ce vendredi que la fermeture du site de Bochum se fera fin 2014 et non fin 2016 comme comme initialement prévu. Opel proposait de maintenir sur le site un centre de distribution et de logistique PR (Pièces de Rechange) et d’y ajouter une usine de composants qui devaient assure le maintien de 400 postes de production mais aussi d’en créer 800 autres. Mais les syndicats dont IG-Metall ont estimé que les engagements d’Opel en terme de reconversion, d’emplois et d’aide au départ ou à la reconversion n’étaient pas suffisants. On apprend ainsi que 76% des membres d’IG-Metall ont jugé vraiment trop vague les propositions de la direction d’Opel.

Pour mémoire, les dites négociations portaient sur l’exclusion jusqu’à la fin de l’année 2016 (versus 2014 aujourd’hui) de tout licenciement économique et de toute fermeture d’usine Opel en Allemagne en échange du report d’une hausse des salaires et de quelques avantages. Aussi devant ce désaccord, la direction d’Opel (poussée par GM) a préféré coupé court dans le processus des négociations et a clairement annoncé : » Nous ne menons plus de discussions sur cette convention collective et nous partons désormais du principe que la production à Bochum s’arrêtera plus tôt que prévu c’est à dire  en 2014″.
Par ailleurs le constructeur annonce d’ores et déjà la suppression définitive du troisième poste sur les lignes de production du l’usine de Bochum. Voilà une affaire qui tourne court et pas vraiment bien pour les salariés mais pour Opel, cette brusque décision a le mérite de clarifier la position d’ Opel et surtout de ne pas coûter durablement de l’argent.

Via WSJ, Usine Nouvelle.