Paris sous une bulle grace à Anne Hidalgo

Vitesse maximale autorisée sur le périph : fait
Augmentation du nombre des zones 30 km/h :
fait
Diminution de la vitesse autorisée dans certaines rues :
fait
Augmentation du tarif des procès verbaux :
fait
Suppression des voitures à moteur diesel dans le parc automobile de la ville : fait
Diminution du nombre de places de stationnement :
fait
Augmentation importante des tarifs horaires de stationnement : fait
Interdiction des feux dans les cheminées : fait

« … Il me reste donc maintenant à virer les diesels et à transformer le centre de la Capitale en une sorte de Center Parc urbain et chic ! »

Après toutes les décisions citées précédemment, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a dévoilé ce week end son plan contre la pollution de l’air dans la capitale.

En matière de transports, Anne Hidalgo annonce clairement qu’elle désire transformer le centre de la capitale en une vaste zone écologico-semi-piétonne interdite aux véhicules polluants excepté les bus, taxis et véhicules des riverains (de préférence électriques ou hybrides). Sont concernés dans un premier temps par cette éradication les Ier, IIeme, IIIeme et IVeme arrondissements de la ville. D’autres quartiers de Paris pourraient suivre après 2020.

La maire fait aussi savoir qu’elle envisage très sérieusement de mettre en place des voies de circulation réservées aux véhicules dits propres c’est à dire les véhicules électriques et peut être ceux au gaz ainsi qu’aux transports collectifs. D’ajouter qu’elle pourrait même autoriser l’accès à certains axes comme la rue de Rivoli, les Champs-Elysées et quelques autres grandes avenues uniquement aux véhicules à très basses émissions (genre moins de 40 g de CO2/km). Anne Hidalgo explique qu’en plus des extensions des zones 30 km/h annoncées, elle entend clairement poursuivre leur développement dans les autres quartiers de Paris afin qu’à terme, la totalité de la ville soit soumise à cette limitation.

Elle souhaite par ailleurs éradiquer définitivement les véhicules diesel à Paris d’ici à l’année 2020 (année d’élection municipale) et d’ajouter que si les explications, la pédagogie cela a du bon, cela a aussi des limites. Dans ce cas, elle envisage sérieusement l’instauration d’un système de pastille ou de puce dans les autos qui permettront aux forces de police de contrôler le degré de pollution des engins à moteur thermique. Si cela semble difficile à gérer, il semble que la phase 1 du système passe par le recyclage des portails Ecotaxe situés sur le périphérique. Ils pourraient voir leurs caméras remplacées par des détecteurs qui « chopperaient » les infos contenues dans les dites puces. Par ailleurs, des patrouilles de contrôles routiers pourraient être mises en place pour éviter les infractions et punir les vilains délinquants qui, non contents de rouler en voiture à moteur thermique, pourraient polluer ou rouler à 31 km/h… Et avec ces dangers pour la bourgeoise société centre-parisienne, il ne faudra pas faire de quartier ce sera contravention et quasi expulsion de l’autre coté du périph’, chez les pauvres et les sales !

Reste qu’il y a encore quelques irréductibles en centre ville et pour ceux là (des bons contribuables…) et pour eux, la maire de Paris dit qu’elle est prête à imaginer une exception, notamment pour certains ménages peu fortunés possédant un véhicule diesel qu’ils n’utilisent qu’occasionnellement. Ils pourraient être autorisés à circuler avec leur auto uniquement le week-end mais pas la semaine. Une excellente idée pour des gens qui peuvent avoir besoin de leur véhicule pour aller travailler… entre le lundi et le vendredi !

De nombreuses avenues pourraient ainsi se voir « habillées » de verdure (herbe au sol, arbres et arbustes) et ne disposer que de files de circulation pour les taxis, bus et tramways.

On imagine sans mal que la prochaine étape de la maire sera de mettre Paris sous une cloche géante ou de reconstruire des fortifications avec des péages pour empêcher les banlieusards et provinciaux d’entrer dans la capitale française. Entre écologie théorique et généralement non efficace (et celle qui est pragmatique et mise en place avec bon sens), démagogie, envie de laisser sa trace, absurdité, aveuglement du au pouvoir, on peut raisonnablement se poser la question de savoir ce que veut faire madame Hidalgo de la ville qu’elle dirige depuis 9 mois.
C’est le 9 février prochain que le Conseil de Paris débattra de ce plan pour l’avenir de Paris.

Reste que si ces mesures autoritaires et contraignantes (surement trop) ont un petit impact sur la pollution de l’air de la ville de Paris, on a du mal à croire que les fumées polluantes des chaufferies et des milliers d’usines situées en périphérie de la capitale s’arrêteront dans quelques années au niveau la ceinture routière de la ville.
A croire qu’en 1986, la politicienne a bien appris la leçon sur Tchernobyl et son fameux nuage…

Via AFP, LeParisien, LeMonde.