Cadillac et Lincoln - le premium allemand sévit encore -

C’est le sens d’une information de l’AFP reprise par nos confrères du Blogluxe qui veut qu’aux USA les marques haut de gamme des groupes Ford et General Motors soit à la peine sur leur propre marché. Et la faute à qui ? Comme partout ailleurs, nous allons tourner notre regard vers l’Allemagne et son trio quasi infernal Audi/BMW/Mercedes Benz sans oublier le coup de main donné par Porsche. Aux USA, on ajoutera l’impact fort de Lexus, Infiniti et dans une moindre mesure Acura mais on est tout de même surpris qu’après avoir imposés leur « loi » sur le marché européen et chinois , les constructeurs allemands s’installent fermement aux USA.

Bien sur là faute est aussi et surtout à chercher, comme chez nous, du coté des acheteurs qui en plus de faire le choix d’un modèle font le choix d’un statut social motorisé et tout l’imaginaire qui va avec. Ainsi dans les différentes enquêtes ou les sondages fait à Detroit à propos voitures de luxe européennes et surtout allemandes, restent la référence quasi inamovible (sauf peut être par Lexus). Ainsi on constate que les consommateurs américains (comme les européens) sont prêts à payer le prix fort pour acquérir des autos badgées « Deutsch Qualität ». Aussi pour cette face à cette « invasion », les constructeurs américains font tentent de résister à leurs concurrents venus d’Europe mettent les moyens pour partir à la reconquête de ce marché qu’ils ont hélas délaissé il y a environ 25 ans. Mais la vitalité du premium montre qu’il y a un réel potentiel de croissance mais aussi de gains et de marge et Lincoln et Cadillac ne ménagent pas leur peine pour tenter de reprendre des parts de marché mais l’affaire est difficile puisqu’on constate qu’au bilan 2012, la division luxe de Ford a vu ses ventes reculer de 4% en 2012. GM avec Cadillac n’est pas mieux loti et pas vraiment enregistré de meilleurs résultats l’an passé avec des ventes en très légère baisse malgré deux belles nouveautés que sont les ATS et XTS.

BMW, Mercedes, Audi montent vraiment en puissance depuis une décennie, Jaguar, Rolls Royce ou Bentley (+23% en 2012 par rapport à 2011) progressent eux aussi tout comme Ferrari, Lamborghini (Maserati ?) mais le coeur du problème n’est pas le très haut de gamme d’où les américains sont absents depuis très très longtemps mais le premium « commun », celui qui fait du volume et rapporte de l’argent. Aussi les deux marques de luxe américaines tentent-elles de séduire à l’exportation notamment en Chine où elles jouissent d’une très bonne réputation tant pour leurs qualités que pour leur image sociale. En Chine vous assurez plus en Buick par exemple qu’en Brilliance ou qu’en Dongfeng ! Bien sur le marché chinois est très important mais quid des autres endroits du monde et notamment les marchés brésilien, russe ou européen.
En Europe, la situation est mauvaise en général mais moins pour le segment premium par contre les constructeurs US comme Cadillac et Lincoln sont quasi invisibles. Pour Lincoln, la marque n’est simplement pas distribuée dans l’UE même si Ford semble parfois y réfléchir et pour Cadillac, un réseau famélique, des ventes insignifiantes (En France il se vend 9 fois plus de Ferrari que de Cadillac… si vous voulez rouler singulier vous savez quelle marque il vous faudra choisir !), aucune communication et ce n’est pas la présentation de l’excellente ATS en septembre dernier aux européens qui changera l’affaire.

Alors est ce à dire que les Cad’ et les Lincoln vont subir le même sort que nos 607, C6, Vel Satis, Lancia, Alfa, Rover, rien n’est moins sur car les moyens financiers des géants américains sont tout autres mais quand même le risque est bien là, accentué notamment par la forte présence de Lexus et Infiniti aux USA ce qui n’est pas le cas en Europe. Un dossier intéressant à suivre dans les prochains mois ou prochaines années.

Via LeBlogluxe, AFP, DN.