IMG_0243
Hier matin, j’ai eu l’occasion d’essayer la nouvelle Audi A4 chez Auto Concept. Le modèle essayé était la version « Avant« , comprenez break, avec le moteur 2.0 TDi 190 en boite auto, désormais S-Tronic avec double embrayage. 

IMG_0242

C’est sans doute ce moteur, en version 150ch qui représentera l’essentiel des ventes en France.

Extérieurement, l’A4 conserve ses proportions à peu de choses près. Quelques petits changements esthétiques sont à observer, notamment au niveau des optiques avants et arrières mais seul un œil averti saura faire la différence avec la précédente, comme souvent chez Audi.

C’est surtout à l’intérieur que les changements sont visibles. En effet, la place pour les occupants à l’arrière est légèrement améliorée, tant pour la garde au toit que pour l’espace des jambes. En revanche, le coffre, lui, conserve ses dimensions contenues comparé à d’autres concurrents, mais qui restent tout de même plus proches d’une grande malle que d’un pot de yaourt, type Fiat 500.

Le tableau de bord a été entièrement redessiné et respire la qualité, de par les matériaux utilisés et l’assemblage toujours parfait chez la marque aux Anneaux. Celui-ci peut recevoir, en option ou selon le degré de finition, l’Audi Virtual Cockpit, mais mon modèle du jour en était dépourvu. L’Audi A4, peu importe la finition, dispose désormais en série de l’Audi Drive Select (qui permet de modifier la direction et le comportement moteur à travers différents modes que l’on peut choisir sur l’écran central), des phares xénon et de l’alerte collision jusqu’à 85 km/h.

À bord, c’est le silence qui en impose. Audi a fait un travail remarquable sur le confort phonique à tel point qu’on se croirait dans un modèle de la gamme supérieure. On est même en droit de se demander si cette nouvelle A4 ne pourrait pas venir faire de l’ombre à l’A6… Le 2,0 TDi 190 associé à la boite S-Tronic est un régal. Les vitesses passent avec discrétion, le moteur est très silencieux et se marie très bien avec l’A4 ; d’autant plus que celle-ci a subit une cure d’amaigrissement (avec pas loin de 110 kg gagnés sur la balance). Bon, j’entends déjà les amateurs du V6 dire qu’ils auront du mal à redescendre en gamme mais à l’heure du choix, ce 2,0 L n’est clairement pas à négliger.

L’A4 était le modèle le plus vendu jusqu’alors, et c’est bien parti pour durer ! Nous aurons, de toute façon, l’occasion de revenir prochainement de façon plus approfondie sur cette prometteuse nouveauté au cours d’un essai complet…

Un grand merci à Ludovic Beaurain et Audi Rouen pour l’accueil.

Crédits photos : Stéphane Lecomte