Revenons rapidement sur l’origine de l’affaire. Tout à commencé il y a une dizaine de jours lorsqu’un document interne de synthèse s’est retrouvé entre les mains des syndicats et notamment la CGT qui s’est empressée d’en faire part aux médias.

Cette note prévoit la fermeture des site d’Aulnay sous Bois et Sevelnord d’ici à moins de trois de trois années avec à la clef quelques 6.200 suppressions d’emplois. Mais comme la meilleure défense c’est souvent l’attaque, la direction de PSA s’était empressée de contre attaquer en faisant paraitre un communiqué assez laconique qui limitait la portée de cette étude à une simple hypothèse de travail… las pour PSA, l’affaire a vite pris de l’ampleur, à un point tel que Philippe Varin dut rendre visite à Eric Besson le ministre de l’industrie. Et comme on pouvait s’y attendre, le PDG de PSA resservit la même sauce au ministre et à la presse en se bornant à dire que ce document n’était qu’une hypothèse de travail parmi d’autres.

Mais l’affaire rebondit ce soir avec la complicité de Médiapart qui est parvenu à se procurer cette « petite » note de synthèse, cette « simple » hypothèse de travail de… plus de 90 pages ! Médiapart publie donc sur son site une grande partie du document qui fut mis en place il y a un an lors d’une réunion où elle est envisagé de fermer le site d’Aulnay d’ici à fin 2013-début 2014 car la direction de PSA considère cette unité de production comme un simple site d’ajustement de la prod’ pour les C3, C4, 207, 206+ et 308. Tout est planifié dans ce projet depuis le plan social à la vente du terrain et du site en passant par la dépollution. Ainsi on découvre que le plan social total coûtera environ 185 millions d’euros et la vente du lieu, après dépollution et assainissement, rapportera environ 305 millions. Plus value pour PSA entre 100 et 120 millions d’euros ( 660 à 787 millions de francs ! ). Je crois qu’il n’est pas nécessaire de faire une explication complémentaire ou d’être surdoué en mathématiques pour comprendre.

Le site Médiapart poursuit en proposant de découvrir le planning prévu pour Aulnay sous Bois qui serait le suivant.

E1 ( automne 2010 ) : Passage de 3 à 2 équipes. Ce qui est fait depuis octobre 2010.

E2 ( automne 2012 ) : Présentation d’un nouveau centre industriel de première importance autour du site de Poissy.

E3 ( hiver 2012/2013 ) : Réduction des équipes avec le passage de 2 à une seule équipe

E4 ( hiver 2013/2014 ) : Mise en place su plan social et fermeture du site industriel avant préparation et dépollution durant le second semestre 2014.

Un plan quasi identique existerait pour Sevelnord mais à un peu plus long terme mais comme la direction de PSA ne veut pas de jaloux parmi ses salariés, la même procédure sera mise en place pour le site madrilène qui emploie plus de 2250 salariés…. ( Aulnay + Sevelnord + Madrid = 8450 emplois menacés )

La direction de PSA continue de dire que ce ne sont que des hypothèses de travail mais ne veut pas s’engager dans des projets au delà d’une année ou d’une année et demie ce qui en dit long sur les projets qui concernent les trois sites dont nous parlons. Un comité central d’entreprise est prévu pour le 23 juin prochain et tous les syndicats prévoient une première journée d’action et de grève pour le 7 juillet 2010. Les éléments à charge commence à s’accumuler et la direction du constructeur risque de se trouver acculée dans quelques mois tout en devant faire face à un mouvent social et syndical de grande ampleur dont les retombées pourraient se ressentir bien au delà des trois sites concernés. Une affaire industrielle à suivre.

 

Via Médiapart, LeMonde.