L’information vient de la CGT-Métallurgie qui annonce une conférence de presse demain matin afin de mettre au grand jour le plan « secret » de Philippe Varin sur l’avenir des sites de production de PSA en France et en Europe.

Le syndicat annonce qu’il mettra au jour un document interne à la direction du groupe ainsi qu’un bon nombre d’informations pour étayer les propos. On apprend ainsi que le syndicat va révèler que la direction de PSA veut fermer dans quelques années le site industriel d’Aulnay sous Bois. Aulnay est un site important pour PSA ( 5eme site de production du groupe automobile ) qui fut construit en 1972 et qui emploie aujourd’hui 3500 salariés. mais il faut savoir que le direction de PSA ne cesse de diminuer le nombre de salariés travaillant dans cette grande usine puisqu’ils étaient plus 6500 il y a seulement 7 ans.

Aulnay sous Bois va t-il devenir un nouveau site automobile témoin de luttes sociales importantes, durables et peut être violentes, c’est envisgeable et c’est hélas une crainte que de voir encore un site indutriel français fermer définitivement dans quelques années. Cette affaire pourrait s’ajouter aux craintes qui règnent autour d’un ou plusieurs sites français de Renault. Pas forcément le chemin de la paix sociale et de la croissance mais plus surement celui de la délocalisation et de la maximisation des marges et profits comme le veut notre système économique mondialisé.

Du coté de la direction de PSA, on fait benoitement savoir  » qu’il n’y a pas d’actualité PSA Alunay sous Bois »  mais la CGT a comencé de diffuser un document préparatoire mis en place depuis 2010 qui vise à analyser la compétitivité des sites français mais pas seulement puisque d’autres sites européens seraient concernés par cette restructuration et cette délocalisation de la production avec en premier lieu le site espagnol de Madrid. Du coté des syndicats, on cite d’après les documents obtenus que les pays susceptibles d’accueillir des sites PSA sont la Turquie, la Tunisie, le Maroc ( comme Renault dans les deux cas … ) et certains pays d’Europe centrale ou même plus à l’est. Les syndicats font savoir qu’ils vont demander des comptes et que ce plan scandaleux qui vise à sacrifier les salariés français sur l’autel de la rentabilité sera fermement combattu. Aulnay, Madrid mais on parle aussi de Sevelnord qui pourrait finalement faire les frais de l’arrêt de la coopération avec le groupe Fiat. Enfin, on a discrètement appris que le directoire de PSA allait convoquer dans les prochains jours, un comité central d’entreprise exceptionnel pour aborder ce sujet et ses développements possibles. Ca veut tout dire et rien dire mais ça laisse supposer des décisions importantes dans les prochains mois. A suivre.

 

Via LeFigaro,Médiapart.