C’est presqu’un non évènement que cette nouvelle interruption de la production chez Saab et la reprise d’activité n’aura pas fait long feu puisqu’une bonne dizaine de jours de production auront suffi avant ce nouvel arrêt.

Il semble néanmoins que la direction de Saab ait anticipé la situation puisque lors de la reprise d’activité fin mai, la direction du constructeur avait officiellement envisagé une telle situation. On remarque quand même que les problèmes sont liés encore une fois aux retards de règlements des sous traitants de Saab mais la direction de Saab fait savoir que les problèmes sont entrain d’être solutionnés les uns après les autres et que les problèmes viennent essentiellement des fournisseurs situés en dehors de l’UE. Une fois les problèmes financiers solutionnés, il faut aussi que Saab stabilise et rende régulier son approvisionnement en pièces afin d’éviter de tels problèmes à l’avenir. Néanmoins, sur ce coup, Victor Muller se montre prudent et annonce qu’il pourrait encore y avoir quelques petites interruptions dans les prochains mois ou prochaines semaines car il faut un peu de temps pour que la chaine d’approvisionnement revienne à la normale.

On ajoutera enfin à la décharge de Saab qu’il apparait que la BEI n’a toujours pas versé les 29.1 millions d’euros malgré les accords signés par toutes les parties liées à ce dossier suédois. Mais on espère que cela redeviendra vite à la normale car cette situation n’est pas faite pour rassurer les clients et surtout aider aux livraisons nécessaires pour la survie de Saab. On se rappelle ainsi que seules 8 Saab 9-5 ont été immatriculées en France en mai et on imagine sans peine que sur les autres marchés la situation doit être similaire ou très proche… malgré le portefeuille de 8100 commandes engrangées en avril et mai derniers.

Allez, pour se détendre et oublier ces nouveaux déboires, Ingmar a laissé son sachet de petits pains croustillants suédois pour une balade avec sa 900 Turbo Coupé de 1984…

 

Via Saab.