façade Peugeot Grande Armée (1)

PSA n’a pas encore tourné la page de la fermeture du site d’Aulnay-Sous-Bois qu’une autre restructuration se dessine pour 2014 : l’abandon d’une autre unité en Région Parisienne, celle de Meudon-la-Forêt dans les Hauts-de-Seine.

Après les usines, les bureaux d’études

D’ici l’été 2014, le site de PSA-Meudon aura fermé ses portes. Cette fermeture n’était pas prévue par le plan Varin du printemps 2012, lorsque les restructurations de Rennes et Aulnay principalement avaient été annoncées. Il s’agit d’une mesure d’économie complémentaire, qui touche cette fois non pas une ligne de production mais des bureaux de conception et d’ingénierie. 660 salariés sont concernés. Ces derniers ne seront pas licenciés mais affectés en majorité à d’autres sites d’Île de France, à Poissy ou dans les bâtiments voisins de Vélizy ; une vingtaine d’employés sera également affectée au site de Vesoul, en Haute-Saône.

La finalité ? Economiser de la trésorerie et du temps de conception via une organisation plus rationnelle de ses activités. Si bien que la vente de l’immeuble du site de Meudon permettrait à PSA de récupérer 7 millions d’euros, c’est-à-dire « l’argent perdu par le construction en deux jours seulement » selon une source évoquée par France Inter.

Pour le moment, le direction de PSA ne confirme rien, parlant d’un Comité d’Entreprise ce mercredi matin. Les syndicats, qui y seront présents, auront l’occasion de lire le propos de PSA, répercuté par l’Agence Reuters, selon lequel « dans le contexte économique difficile traversé par le groupe, la rationalisation du taux d’occupation des sites et l’adaptation de l’aménagement des implantations actuelles des postes de travail (…) s’imposent ».

Le plan de restructuration continue

Cette annonce intervient alors que mardi 21 mai, après une longue grève, le travail a repris dans le site d’Aulnay-Sous-Bois, sans remettre en question sa fermeture de l’an prochain actée le 30 avril par le plan de sauvegarde de l’emploi. Les 3000 salariés concernés par l’unité de Seine-Saint-Denis se verront proposer des postes à Poissy notamment. Plus largement, la restructuration annoncée en mai 2012 et courant jusqu’à mai 2014 continue, menaçant plus de 11 000 salariés de PSA.

Par ailleurs, à la suite de son concurrent Renault, PSA envisage de lancer des négociations sur la compétitivité et l’emploi au mois de juin, afin d’obtenir des gels voire des baisses de salaires ou des augmentations du temps de travail.

Outre les suppressions d’emplois, PSA compte sur les bénéfices de ses ventes immobilières pour revenir à l’équilibre. Le site de Meudon rapportera 7 millions, une somme qui s’ajoute aux deux milliards d’actifs vendus en 2012, ainsi qu’aux 200 millions supplémentaires envisagés cette année. Puissent ces économies être suffisantes pour assurer l’avenir du groupe automobile français, premier groupe de ce secteur sur notre territoire.

Via LeMonde.fr & France Inter
Crédit Photographique : François M.