Et oui, cette belle italienne qui se meurt à petit feu est de la lignée de celles qui ont eu la chance et le bonheur d’utiliser le moteur V6 3.0 L ( 2959 cm3 exactement  ) conçu par l’ingénieur Giuseppe Busso. Un V6 qui chantait, un V6 puissant quand il le fallait mais d’une redoutable souplesse en utilisation courante et bonheur sur la route, sur l’autoroute, sur circuit, en rallye, dans un tunnel, dans son garage…Une merveille mécanique comme il devient difficile d’en trouver de nos jours dans une production mondiale de plus en plus standardisée, banalisée et sans caractère .

Pourtant cette auto qui se meurt dans cette casse ne fut pas toujours appréciée, elle fut même souvent critiquée par une presse déjà formatée mais elle tiendra quand même sa place de modèles haut de gamme pendant près de 10 ans chez Alfa Roméo grâce à de belle mécanique et une ligne élégante due à Pininfarina.

Conçue à l’origine pour remplacer les peu réussies Alfa 6 et 90, la 164 lancée en septembre 1987 failli ne jamais voir la route car cette auto développée du temps de la gestion publique ( et catastrophique ) d’Alfa Roméo, Fiat doutait de pouvoir faire quelques chose de ce projet Alfa quand elle racheta la marque au Biscione car la grande maison turinoise  craiganit la concurrence avec la Théma et la Croma développées sur la même plateforme. On n’oubliera pas la Saab 9000 qui reposait elle aussi sur cette base commune. Malgré les craintes et les doutes de Fiat, cette auto sera capitale pour Alfa et l’amorce de son renouveau. Alors que les trois cousines furent construites sur une cellule habitable commune, l’Alfa 164 bénéficiait d’un dessin ( notamment pour les portières arrières et le montant C ) différent du au choix esthétique de Pininfarina. Ce choix lui permit d’ailleurs d »annoncer un Cx inférieur ou égal à 0.30.

Cette 164 connut assez vite un certain succès auprès de la clientèle, en partie grâce à sa belle allure et ses motorisations performantes.

Une belle berline qui profitera d’un seul restyling réussi à mi carrière et qui aura droit aux beaux moteurs que ce soit avec le petit 2.0 L TwinSpark ( double allumage  ) de 144 chevaux, le rare 2.0 L 4 cylindres de 175 chevaux, le V6 3.0 L que ce soit en version 12V ( de 184 à 200 chevaux ) ou en version 24V ( de 211 à 232 chevaux ) enfin cette 164 profitera aussi du petit V6 Turbo de 2.0 L  de 205  chevaux…et pour les amateurs de mazout, cette 164 proposera le 2.5 TD VM Motori en 118 puis en 125 chevaux. La grande berline Alfa Roméo aura aussi droit à la fameuse version Q4 ( 4WD ) entre 1993 et 1997 qui fera une partie de sa réputation sur route, son allure sportive et son coté attachant .

Certes le train avant manquait un peu de rigueur, la finition quoique correcte pour une voiture italienne de l’époque semblait, à certains endroits et par certains aspects,  assez fragile mais on constate aujourd’hui que l’ensemble n’a pas plus mal vieilli que les mêmes éléments sur d’autres autos.

Un grande et élégante auto qui se trouve désormais assez difficilement en occasion et surtout en bon état mais qui permet, si on a la passion pour les Alfa, d’avoir une belle et agréable auto pour pas trop cher. Rien que l’agrément du V6 ou même du L4 TwinSpark mérite attention et dès l’instant où ces blocs sont bien entretenus, alimenté en eau et en huile de qualité ce sont des moteurs très fiables, très solides et toujours très agréables à l’oreille et à l’utilisation.

Pour information sachez que l’auto fut produite à 273.857 exemplaires, qu’elle fut vendue en Asie sous l’appellation 168 et le petit V6 Turbo de 205 chevaux reçu le titre de Engine of the year en 1993.

Une 164 ph 2 V6 Super 3.0 L , un excellent choix pour avoir une grande italienne élégante, chaleureuse, attachante et pas si vieillotte que ça chez soi…ou du moins dans son garage pour pas trop cher, ou alors si on a de la chance une très rare Q4, sinon une très charmante et tout aussi rare cousine italienne, je veux parler de la Théma 8.32 à moteur Ferrari .