Renault_75204_global_fr

La Renault Kwid en Europe ? C’est déjà fait, sous la forme d’un prototype bien camouflé surpris aux Pays-Bas, tandis que Renault développe sa gamme en Inde.

La Renault Kwid, c’est le petit simili-SUV urbain low cost que le constructeur au losange construit et vend en Inde depuis la fin 2015. Un beau carton d’ailleurs : déja plus de 90 000 exemplaires ont été commandés sur le marché intérieur indien (qui représente environ 750 000 véhicules par an) et Renault a des projets d’expansion géographique très forte pour cette voiture, vers l’Amérique latine (Brésil), le Maghreb (Maroc) ou l’Iran par exemple. En 2 mois, plus de 10 000 Kwid ont déjà été vendues en Inde, soit 10% de son segment, tandis que le délai de livraison atteint déjà 10 mois par endroits.

Renault_68599_global_fr Renault_68604_global_fr

Et chez nous, qu’en est-il d’une éventuelle commercialisation ? Il faut savoir que la Kwid a été développée spécifiquement pour les marchés émergents. Donc avec un équipement nettement inférieur à ce qu’un client occidental attend aujourd’hui, même dans une voiture low cost. C’est ainsi que les versions de base sont dépourvues d’ABS ou d’airbag notamment, équipement rendus obligatoires aujourd’hui par la réglementation européenne. Seule la version haut de gamme de la Kwid peut recevoir un airbag en option. La motorisation est elle aussi « rustique » : un simple 800 cm3 de 54ch, accouplé obligatoirement à une boîte manuelle 5 vitesses. Consommation moyenne de 4l / 100 km. Bizarrerie : pas d’airbag, mais un écran tactile de 4 pouces en option ! Il y a des priorités… Le prix sur le marché indien : environ 3500 Euros. Vraiment pas cher pour une petite voiture qui a une bonne bouille, très « Laurens van den Acker », et moderne. Elle est construite sur la plate-forme CMF-A, destinée à accueillir également d’autres produits Renault-Nissan. De nouveaux développement de la gamme sont aussi à l’oeuvre : un moteur plus puissant de 1 litre vient d’être annoncé au Salon de New Delhi, offrant une puissance encore non dévoilée mais estimée à 80 ch environ. Cette version plus « huppée » disposerait également enfin d’un ABS. Autre nouveauté : une boîte de vitesse robotisée à 5 rapports Easy-R.

Renault_68611_global_fr

Le rapprochement de la Kwid avec les standards européens d’équipement laisse présager une éventuelle importation dans nos contrées, ce que Renault a toujours nié. Les photos publiées la semaine dernière par le site indianautosblog.com d’un exemplaire en plaques allemandes se promenant aux Pays-Bas laissent pourtant planer le doute et annonceraient une commercialisation prochaine, voire, soyons fous, une annonce au Salon de Genève.

Kwid Europe

Mais l’affaire n’est pas si simple : importer cette Kwid telle quelle d’Inde (ou du Maroc) est évidemment impossible. Une mise aux normes européenne s’impose, avec un indispensable complément d’équipement et une adaptation des éléments de suspension à nos routes plus carrossables que les routes indiennes lambda. ABS, ESP, Airbags, pneus différents, un petit rab’ d’équipement : ces modifications amèneraient son prix de vente à 5000 ou 6000 Euros environ, hors option éventuelles.

Renault a-t-il un intérêt à descendre si bas en gamme et un tel marché existe-t’il en Europe ? La réponse à la seconde question est certainement oui. Il n’est qu’à voir le succès inattendu de Dacia ou le marché plutôt en forme de l’occasion. La crise économique qui dure ne fait pas grand chose non plus pour arranger le pouvoir d’achat. Quant à vendre la Kwid sous la marque Renault, l’hypothèse n’est à mon avis pas vraiment recevable. Fournir des efforts pour monter en gamme avec la Talisman et l’Espace V et commercialiser sous la même marque la voiture la moins chère du marché ? Pas vraiment crédible. D’autant que Renault a déjà un bas de gamme cohérent avec la Twingo 3. Le grand écart qu’a pu faire Citroën du temps de la 2 CV et de la DS n’est plus vraiment réalisable, marketing oblige. Sous la marque Dacia ? Pourquoi pas. La Sandero est à 7900 Euros en prix de base et quoi qu’on en dise, les Dacia commencent doucement à s’embourgeoiser (tout est relatif…). Il reste donc une place pour moins cher. Sauf que…. Carlos Ghosn, l’omnipotent patron de l’alliance Renault-Nissan, s’est toujours farouchement déclaré opposé au changement de logo sur la Renault Kwid. Donc, pas de Dacia Kwid. Le mystère du proto (véhicule de développement ou Dacia camouflée) reste donc entier.

A New Delhi toujours, Renault a, en complément des nouveaux développements déjà cités, présenté deux concepts cars autour de la Kwid : la Racer et la Climber.

Renault_75216_global_fr

Le plus intéressant est sans conteste la Racer. Jantes 18 pouces, pneus taille basse, 4 freins à disque, baquet, arceau, alcantara, carbone, télémétrie… Vous avez dit low cost ? Aucun détail sur la motorisation pour ce qui ne devrait rester hélas qu’un show car sans lendemain juste destiné à dynamiser encore plus la Kwid. La silhouette râblée de la Racer aurait pourtant un certain succès par chez nous, comme une certaine Sandero RS. J’imagine déjà une Kwid RS allégée vendue aux environs de 8000€ avec un TCe 130 et une boîte 6 manuelle. Ça pourrait le faire, non ? Doux rêve…

Quant à la Climber, elle accentue le côté mini-SUV de Kwid en élevant encore sa garde au sol, en ajoutant des protections de passage de roues et des barres de toit. Le traitement Allroad appliqué sur la Kwid en quelques sortes. Pas de mention de la motorisation non plus pour un concept dans l’air du temps, sans plus.

Renault_75207_global_fr

Ces deux prototypes sont présentés de manière très valorisante : calandre distincte, jantes diamant, etc… On se rapproche des standards européens encore une fois. Alors… viendra ou viendra pas en Europe ? Si la Kwid de base était déjà intéressante, les derniers développements de la gamme et les show cars donnent sacrément envie de la voir dans nos contrées. Du low cost qui fait envie, ça c’est nouveau !

 

Crédits photos : Renault, indianautosblog.com

P.S. : je remercie Aymeric V. pour le désopilant titre de cet article