Renault_75310_global_fr

Le retour du noir et (un peu) de jaune pour les F1 Renault, et bien d’autres choses !

Lors d’une conférence de presse au Technocentre Renault de Guyancourt, Carlos Ghosn himself a fait un certain nombre d’annonces concernant le futur de Renault Sport.

Premièrement, Renault Sport se scinde dorénavant en deux entités :

  • Renault Sport Racing, le département compétition de la marque, qui se chargera des équipes Formula One Team, e.dams en Formula e, Formula Renault 2.0, Renault Sport R.S. 01 Trophy et d’autres compétitions où l’implication de Renault est moindre, telles que le rallye ou le rallye-raid
  • Renault Sport Cars, qui assurera le développement et la commercialisation de la gamme des véhicules Renault Sport dans le réseau du constructeur, avec notamment les Mégane GT, Clio RS et future Mégane RS

A noter que, suite au rachat de l’écurie Lotus F1, Renault Sport Racing sera implanté sur deux sites : Enstone au Royaume Uni et Viry Châtillon en France.

Ensuite, la partie la plus attendue était l’annonce de l’organisation de l’équipe Renault Sport Formula One Team, comme il faut l’appeler à présent. Le directeur général est Cyril Abitboul, Frédéric Vasseur devenant directeur de la compétition et Bob Bell directeur technique. Les pilotes sont Kevin Magnussen et Jolyon Palmer, Esteban Ocon sera troisième pilote.

Les partenaires techniques et les sponsors ont également été annoncés, avec notamment Infiniti, Total ou Microsoft. Enfin, Carlos Ghosn a dévoilé la nouvelle voiture, la R.S. 16 qui reprend les mythiques couleurs Renault remises au goût du jour : noir et jaune. Un tout petit peu de jaune, hélas.

Renault_75308_global_fr

Renault_75309_global_fr

Passés les effets d’annonce, que retenir de la conférence de presse ? D’une part, que Renault a de réelles ambitions en compétition et se donne les moyens d’y parvenir en adaptant sa structure interne. Un retour sur les podiums de F1 est envisagé d’ici trois ans. Pas irréaliste, mais difficile en sachant que 2016 sera une année de découverte, quasiment à blanc, et qu’elle servira essentiellement à caler les équipes et à développer les châssis et moteurs. Ensuite, bien plus proche de nous, conducteurs lambdas, l’annonce d’une certaine prise d’indépendance de Renault Sport Cars, à l’instar d’un BMW Motorsport ou d’un AMG est plutôt une bonne nouvelle. Reste à ce que les produits suivent et soient aussi enthousiasmants que la Mégane GT l’est. Mégane RS, on t’attend de pied ferme !

Crédits photos : Renault Sport