_1EM2986

Nous sommes classées actuellement 17e sur 50 équipages dans la catégorie 4×4 du Raid Cap Femina Aventure. Nous sommes plutôt confiantes. Aujourd’hui, l’étape mythique avec celle du marathon, nous allons affronter les fameuses dunes de Merzouga. Les plus hautes dunes d’Afrique.

Départ 8h du matin. Nous dégonflons les pneus de 900gr afin d’éviter l’en-sablage. Posées au milieu d’un paysage fantastique, en parallèle des dunes, nous attendons notre tour. Le décompte commence, Dorianne fixe l’horizon, enfile ses gants, je bloque tout ce qui pourraient devenir des objets volants non identifiés dans l’habitacle du Toyota Land Cruiser lors d’un décollage inattendu.

IMG_1971

La quatrième étape du Raid Cap Femina Aventure est une promesse de beauté, de sport, d’entraide.

Pour nous diriger dans le désert du Sahara, le moyen de repère est un cap (ex 95°), de là, je pointe un point fixe (évitons de prendre un homme avec du foin sur la tête pour un arbre) sur notre terrain de jeu ( pointe de dunes, arbres, tente berbère) et traçons une ligne optimale vers ce point. Je donne les infos à Dorianne, lorsque un doute s’installe, la pilote confirme ou pas. Je fixe l’objectif en tenant mon bras raide en direction du point, mieux qu’un GPS, Dorianne avait juste à se fier à la position du bras qui faisait balancier. Le Toyota est devenu le héros du jour « un bon dromadaire » comme nous a dit un nomade en mobylette. Si c’était si facile, les filles n’auraient pas autant d’angoisses avant d’affronter cet environnement peu voire pas commun pour nous autres.

Dorianne maîtrise et sait lire le terrain. Un seul coup d’œil lui permet de détecter les bandes de sables durs ou mous, dans lesquels nous pourrions nous enliser ou s’offrir une glissade en dévers des diables. Un conseil si en lisant cette aventure féminine vous vous sentiriez prêt(e)s pour tenter le Raid Cap Femina Aventure, sachez que la pilote des Gazelles des Volcans ne prend jamais une dune de côté et n’affronte en aucun cas une dune dite cassée dans laquelle nous pourrions nous poser sur le pont.

La traversée des dunes fût sans encombre si l’on omet de dire que nous avons gratté le sable, « détanqué » des équipages, tracté, monté, descendu des dunes, resté en plan 1h30 afin d’éviter un accident et pour clôturer le tout une chaleur, comment dire, torride, démentielle. Ces embûches nous ont permis de rencontrer des cap’fées que nous n’avions pas eu encore le temps de voir.

 Nous avons enfin atteint le flag « surprise », celui qui nous offrait le droit de faire comme les Gazelles du Raid Aïcha. Me suis découverte un vrai poisson dans l’eau.

Carte au sol, petits cailloux, compas de visé sur la carte afin d’identifier le Nord… c’est parti pour le repérage de l’environnement, des repères physiques et calcul des distances aux cassures stratégiques de la piste.

A l’attaque pour la piste dans l’oued ensablé. Le cap Nord 340° en vue sans relâche. Droite, gauche, dromadaire observant des furieuses parfois déboussolées passer. Dorianne tient le gros Toy de toutes ses forces  » Il obéit, je commande!  » lance-t-elle à un équipage Canadien lorsqu’elle offrait des conseils judicieux. Nous trouvons le palmier déterminant. Que la galère commence Mesdames ! Regonflage des pneus à la normale, remplissage des bib d’eau. Le vent nous desséchait la gorge bouche à peine ouverte, nous n’aurons point besoin de faire un coucou chez notre esthéticienne tant notre peau est douce grâce au peeling naturel. Cap 80, 155, 135, changement à 200m sur 500m, je devais être à l’affût du Terratrip, de la carte. Des tours et retour, nous perdons notre boussole. Maintenant, seuls la carte et nos yeux devenaient nos guides. Nous sommes passés d’un paysage ocre, sablonneux à un sol lunaire jonché de pierres noires.

A la dernière minute, je tourne la tête et vois au loin un poste de pointage. Ouf, passer à côté de ce point essentiel nous pénaliserait en kilométrages supplémentaires. On reprend notre chemin dans le bon cap, toujours sans boussole, mais bon, nous allons y arriver. Nous roulons depuis déjà près de 7 heures dans ce bac à sable géant et splendide à tous points de vues. Petit détour, voilà que c’est au tour de Dorianne d’apercevoir à nouveau un flag. En plus de cela, le flag de l’arrivée ! Quel bonheur de se retrouver à ce pointage. 7h45 de compétitions dans des conditions assez difficiles où le choix « libre » de la direction et des caps devenait l’essentiel de cette étape. Dans tous les cas, en comparant le kilométrage optimal demandé par l’organisation et le nôtre, nous ne sommes pas complètement à l’ouest, ou totalement. Attendons maintenant le classement de demain matin.

… 1ère de l’étape et 3ème au classement général! Le Raid Cap Femina Aventure est une surprise dans la surprise!

Crédit Photo: France Dholander / Maïenga