73987_1_6

Un constructeur français revient enfin en Formule 1 non pas en tant que simple motoriste, mais en tant qu’écurie à part entière.

Le sport automobile est assez rarement évoqué dans nos pages, mais pour le coup, nous ferons une exception de taille. Car c’est bien Renault qui sera présent dès la saison 2016 de Formule 1 avec une écurie complète, suite au rachat de Lotus F1 Team (nous ne parlons évidemment pas du constructeur de voitures de sport qui est une structure indépendante et qui a accordé une licence d’utilisation de son nom).

Des tractations étaient en cours depuis le mois de septembre entre les deux entités, qui ont aboutis hier à l’annonce officielle par Carlos Ghosn en personne. Présent presque sans interruption depuis 1977 d’une manière ou d’une autre (écurie ou motoriste), la légitimité de Renault à revenir est réelle, ce qui a peut être facilité les négociations que l’on imagine tendues avec le magnat de la F1, Bernie Ecclestone.

En rachetant Lotus, Renault hérite également de l’usine et du bureau d’étude d’Enstone en Angleterre, où sont concues les monoplaces. Comme toujours, on peut se poser les questions des raisons de l’engagement d’un grand constructeur national. Renault communique notamment sur les gains attendus en terme d’image de marque et sur la Formule 1 en tant que vecteur d’innovation technologique (notamment la mise au point de motorisations hybrides).

Les délais étant très courts (la saison commence au mois de mars), l’année 2016 sera quasiment une année « à blanc », un round d’observation et un laboratoire technique. La montée en puissance sera effective à partir de 2017 et Renault prévoit un engagement sur une longue durée. A ce jour, les pilotes ayant signé avec Lotus pour 2016 sont Pastor Maldonado et Jolyon Palmer. De plus amples informations seront communiquées en janvier sur l’organisation de l’équipe et ses objectifs. Aucun montant n’a été officiellement communiqué par les parties.

Après le retour d’un constructeur français dans la catégorie reine, à quand le retour d’un Grand Prix en France ?

Source : Renault