Oui les BRIC et les pays que certains appellent encore émergents, alors que ce sont eux qui font désormais avancer le système capitaliste mondial, sont aussi touchés par la crise mondiale généralisée et les puissances montantes comme la Chine ou le Brésil ne sont pas épargnées par le phénomène. Ainsi Renault (comme Fiat ou Chevrolet) est confronté à une baisse assez forte de la demande dans la région du Mercosur et particulièrement au Brésil où la demande de voitures Renault a chuté de 30.6% sur les 5 premiers mois de 2012.

Ainsi c’est l’usine argentine historique de Santa Isabel de Cordoba (on y a produit depuis les années 50 les Dauphine, les r12, les R18, les Fuego et quelques autres Renault locales) qui passe en régime minimum avec la mise au chômage de 1600 des 1800 employés du site industriel argentin durant les deux prochaines semaines. Pour information, le site ne tourne qu’à 20% de ses capacités depuis quelques semaines déjà. Selon Leonardo Almada, porte parole du syndicat des mécaniciens argentin, la production de l’usine de Santa Isabel de Cordoba sera presque paralysée au moins jusqu’au 10 juillet en raison de l’accumulation des stocks. Le syndicaliste de préciser que les salariés en chômage technique percevront 75% de leur salaire pendant la période d’arrêt de la production.

On ajoutera que c’est l’ensemble du Mercosur qui semble affecté par une baisse de la demande automobile et que Renault n’est qu’un des maillons concerné par la baisse généralisée de la consommation en Amérique du sud où seuls les plus aisés, comme partout ailleurs, ne sont pas pénalisés par la situation économique et financière. Après la zone Euro, il se pourrait bien que la zone sud américaine soit touchée comme cela pourrait être le cas dans les prochains moi de l’immense marché chinois où la production industrielle commence à baisser de manière significative.

Via LesEchos.