Les critiques n’ont de cesse de le dire depuis des mois : le groupe PSA doit s’internationaliser. Ce ne sont pourtant pas la deuxième co-entreprise Chinoise, la création des DS Store, ni les investissements en Amérique du Sud, qui indiquent le contraire… Mais qu’à cela ne tienne, le groupe français annonce une nouvelle implantation de sa marque Peugeot à l’étranger : au Vietnam. Un pays où le Lion rugissait déjà… il y a plus de trois décennies.

Peugeot 408 (4)

Lundi 8 avril, PSA a annoncé par la voix de Jean-Yves Dossal, directeur commercial responsable des marchés d’Asie, le retour de la marque Peugeot au Vietnam. Il ne s’agira pas d’un simple marché d’exportation, mais bien d’une implantation durable sur place, à travers une co-entreprise et la fabrication sur place de la berline 408. Et cette décision ne va pas traîner : les lionnes doivent retrouver les rues vietnamiennes dès le second semestre de cette année.

Signture PSA Thaco

C’est au cours d’un forum d’affaires économique proposé par l’agence Ubifrance dans la capitale Vietnamienne, Hanoï, que le contrat liant PSA à son nouveau partenaire industriel local, Thaco, a été signé sous l’égide du vice-ministre de l’industrie Ho Thi Kim Thoa, et de la Ministre du Commerce Extérieur, Nicole Bricq. Celle-ci n’en aura pas eu le bénéfice médiatique longtemps, puisque les chiffres du déficit du commerce extérieur français au premier trimestre sont tombés dès le lendemain… Mais revenons à nos « Thaco-PSA », qui feraient presque un bon jeu de mots, si « tacots » n’évoquait pas connotation péjorative. Pour ceux qui ne le sauraient pas -j’imagine qu’ils sont nombreux !- Thaco n’est pas un acteur mineur du marché vietnamien : ses usines produisent déjà 31% des voitures vendues dans le pays, essentiellement pour des marques japonaises et coréennes à ce jour.

Dans un premiers temps, dès le second semestre, Thaco vendra des Peugeot importés d’Europe annoncées comme « haut de gamme », sans plus de précision, et à la fin de l’année 2013, le Lion aura ouvert 3 concessions dans la région de Hanoï et 3 autres enseignes à Ho-Chi-Minh Ville.

Dans un deuxième temps, PSA et Thaco vont bâtir ensemble une usine commune, à Chulai au centre du Vietnam, ville où l’industriel possède déjà un site et salarie 6500 employés pour assembler des modèles japonais. L’unité PSA/Thaco sera dédiée à la production de la berline 408, le dérivé tricorps international de la 308 déjà assemblé en Chine et en Russie. Peugeot se fixe par ailleurs comme objectif de disposer de 15 concessions.

Dans un troisième temps, à l’horizon 2020, la marque française ambitionne la conquête de 5 % de ce marché dynamique, à raison de 15 000 modèles écoulés chaque année, dont la moitié sortirait de l’usine commune avec Thaco et l’autre moitié d’importations.

Le choix d’une présence sur le marché Vietnamien peut interroger. Les volumes envisagés paraissent modestes, dès lors, pourquoi une telle implantation ? Jean-Yves Dossal en apporte la réponse, indiquant que « dans un pays où les droits de douanes sur les véhicules dépassent 100% du prix, la fabrication sur place est une condition pour pouvoir importer, car vous obtenez des facilités à l’import ». Du « donnant-donnant » qu’une seule autre marque européenne pratique en étant également implantée sur place : Mercedes-Benz. Jean-Yves Dossal plaide par ailleurs pour une telle internationalisation du groupe, déclarant que « la fabrication à l’étranger ne tue pas l’emploi en France, car la 408, qui a du succès en Chine, n’est pas commercialisée en Europe ». Mieux, cela assurerait des emplois puisque « les pièces détachées des voitures assemblées à Chulai viendront de Vesoul ». Et ce sont jusqu’à 6 modèles fabriqués en Europe et notamment en France (on parlait de véhicules haut de gamme: la berline 508 par exemple ?) qui seraient exportés là-bas.

Peugeot 408 (6)

Après les modalités du partenariat industriel, on peut s’interroger sur un retour si tardif de Peugeot sur un marché qui s’est réveillé depuis ces dernières années. Or, là encore, les chagrins en seront pour leurs frais, car PSA négocie depuis longtemps sont implantation au Vietnam, « deux ans » a précisé le groupe, car comme en Chine la bureaucratie locale aime faire languir les labels étrangers avides d’arriver sur son marché. Dans une Asie où l’image des constructeurs Européens est valorisante, Peugeot n’arrive pas en terre inconnue: Peugeot est une marque présente dans les mémoires, le Vietnam ayant été colonie française jusqu’en 1954, et Ho Chi Minh appréciait se déplacer en 404…

Sources : Le Point, Le Blog Auto, Challenges
Iconographie : Challenges pour la Peugeot 203, Google Images