Le drame s’est déroulé jeudi dernier sur le site Renault de Cléon près de Rouen en Normandie. Un salarié, âgé de 43 ans, marié et père de trois enfants chez Renault depuis près de 20 ans s’est donné la mort sur son lieu de travail sans laisser aucun message ni aucune justification sur son geste désespéré.

Renault Cleon

L’homme travaillait dans un atelier d’usinage du site industriel depuis plusieurs années et était bien intégré à la vie de cette usine Renault qui produit des moteurs et des boites de vitesses pour les marques Renault et Nissan. Ce suicide est le second survenu en 9 mois à Cléon. Pour mémoire au printemps dernier un salarié s’était donné la mort et avait laissé deux lettres, une destinée à sa famille et une autre destinée à la direction du groupe Renault. Dans la lettre pour les patrons de l’entreprise automobile, le salarié évoquait des conditions de travail difficiles, une ambiance dégradée et des pressions importantes de la part de la direction du site.

Bien sur la direction de Renault n’a pour l’instant pas commenté ni même confirmé cette mort et ce malgré la tenue d’une réunion du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du site de Cléon. Après la vague des suicides à Guyancourt, allons nous assister au même phénomène sur les sites de production ? Rien est moins sur mais on peut craindre quand même quelques dommages chez les salariés du fait des conditions actuelles de travail. A suivre.

Via ParisNormandie, LeMonde.