Coïncidence ? Nouveaux espions ? Crise paramoïaque ?  Cadres accusés à tort ? Etrange affaire ? Fantôme ? Petits chinois cachés dans les conduitys d’aération ? Difficile à dire, pas évident à croire mais il y a pourtant eu la semaine dernière ( à priori durant la nuit du 10 au 11/02/2011 ) un nouveau vol d’ordinateurs chez Renault du coté du site Renault situé au Plessis Robinson.

On a appris que deux ordinateurs que l’on peut considérer comme contenant des données sensibles, toujours au sujet de l’affaire de la commercialisation des batteries, ont été dérobés dans un casier fermé par un code et sans qu’il n’y ait eu effraction. Une source anonyme proche du dossier affirme, et on veut bien le croire :  » les voleurs savaient parfaitement ce qu’ils cherchaient et où cela se trouvait et comment y accéder puisque le casier fermé n’a pas été forçé ! ».

La DCRI est encore sur le coup ( ça doit occuper les enquêteurs qui ont en charge le dossier précédent qui reste désespérement vide ! ) , Renault a porté plainte et le service de presse du constructeur automobile fait savoir que cette information relève de l’anecdotique, qu’il n’y a rien d’exceptionnel et qu’il s’agit principalement d’un vol de matériel informatique car les employés qui utilisaient ces PC portables travaillaient surtout en réseau et qu’il n’y a pas vraiment de disque dur sur ces ordinateurs, seulement des simples données en mémoire ». Par ailleurs, le service de presse s’empresse d’affirmer que les deux affaire n’ont rien à voir !

Nul besoin de prendre position pour l’instant au sujet de cette affaire qui pourrait s’ajouter à la précédente et cela pourrait aussi aider à disculper les 3 cadres « concernés » par la première pseudo affaire d’espionnage sans preuve, avec des intervenants muets et une loi du silence qui en dit long sur la qualité du travail de quasi « pieds nickelés » menés par les membres de la sécurité de Renault. D’ailleurs cette nouvelle affaire, n’est-elle pas révélatrice de leur inéfficacité !

Via LeParisien, 20Minutes