Si cette annonce officielle est plutôt une bonne nouvelle pour les amateurs de VE, on reste un peu surpris du choix fait par le constructeur français.

Renault Dauphine Kilowatt

Nous savons d’abord que le constructeur français vient de signer un protocole d’accord avec la société sud coréenne LG Chem. Ce partenariat a pour objectif de développer des batteries à haute densité de nouvelle génération qui équiperont les futures Renault ZE. Le constructeur automobile précise que la base des discussions actuelles pourrait permettre au fabricant sud coréen de devenir son fournisseur référent en matière de batteries lithium-ion.
Cette situation n’est pas, de prim’abord, surprenante puisque LG Chem fournit actuellement les batteries lithium-ion de la Zoé et du quadricyle Twizy mais plusieurs interrogations peuvent être posées :

-Qu’en est il du projet Renault d’une usine de batteries en France ?
Ici, il ne faut pas aller très loin pour trouver une réponse puisque le très faible niveau des ventes de VE en France et en Europe ne justifie pas un tel investissement.

-Pourquoi ne pas utiliser et développer les batteries à la technologie NEC qui sont produites par l’Alliance au sein de l’usine Nissan de Sunderland au Royaume Uni ?

-Quid du fameux accord signé l’an passé avec le groupe breton Bolloré et ses batteries lithium-métal-polymère dont on pensait qu’elles seraient destinées à de prochains modèles ?

-Que va t’il se passer sans rationalisation des types de batteries au sein de l’Alliance ?

Un dossier à suivre dans les prochains mois notamment au sujet du projet d’usine de batteries annoncé il y a deux ans par Carlos Ghosn. Enfin, on terminera par un détail qui fait sourire puisqu’on sait selon l’agence Yonhap que c’est Thierry Bolloré, directeur délégué à la compétitivité de Renault, qui a signé avec Kwon Young-Soo le PDG de LG Chem une lettre d’intention qui met en place les contours de ce nouveau partenariat.

Via LePoint, Renault, Yonhap.