Rezvani Motors est un constructeur installé en Califormie à Anaheim qui fut aussi la ville de Fisker jusqu’à l’an dernier. Rezvani est une entreprise fondée par Fardee Rezvani qui est aussi le fondateur de Revzani Automotive Designs ou RAD que nous connaissons déjà. Nous devons à ce bureau de style et d’ingénierie des sportives virtuelles comme la Volarra GT ou la Vencer Sarthe qui n’ont jamais dépassé le stade des belles illustrations tout comme la Rezvani Bulleta. 

Rezvani.0

Avec la Beast, Rezvani Motors nous propose en fait d’habiller la très radicale, minimaliste et anglaise Ariel Atom qui est, je vous le rappelle, une sportive extrême quasiment sans habillage puisqu’elle laisse apparaitre sa belle structure tubulaire, ses trains roulants et ses entrailles mécaniques.

Pour réaliser la carrosserie de la « bête », Rezvani s’est tourné vers le designer Samir Sadikhov qui fut, avec la Ferrari Eternita, le gagnant du concours de design mis en place par le constructeur de Maranello.
En découvrant la Beast, on ne peut s’empêcher de se dire que le designer a été chercher des idées du coté de Sant’Agata Bolognèse et de la firme au taureau. Oui, il y a de la Lambo’ dans cette auto notamment pour les nombreuses lignes acérées et pour la partie arrière qui puise clairement son inspiration dans celles des supercars italiennes.
Au final, le dessin de cette sportive est plutôt agréable, nerveux et il habille avec une certaine « puissance » la structure tubulaire de l’Atom. La carrosserie de l’auto est entièrement réalisée en fibre de carbone. Ceux qui n’aiment pas rouler et manger des insectes volants en même temps apprécieront la présence d’un pare brise qui peut être remplacé par un tout petit saute vent qui imposera l’usage du casque. Toujours au chapitre pratique, la Beast est proposée de série sans portière mais on peut en disposer moyennant un supplément financier. 

La Rezvani Beast est un roadster sportif qui avance les dimensions suivantes :

L : 4.145 m
l : 1.90 m
h : 0.97 m
Emp : 2.345 m
Réservoir : 42 litres
Poids : 667 kg en version 300 /704 kg en version 500

Comme sur l’Atom, le  moteur est toujours un bloc Honda VTEC. La version 300 utilise le L4 2.0 L en version suralimentée par compresseur ce qui permet à l’auto d’annoncer une puissance de 315 ch à 8400 trs/min et un couple de 324 Nm à 7200 trs. La Beast 500 est elle aussi propulsée par un moteur Honda mais il s’agit d’un L4 VTEC 2.4 L suralimenté par un compresseur M62 et un turbo GTX de chez Garett. Cet ensemble permet à l’auto de revendiquer la puissance suffisante de 500 ch à 6350 trs/min et un couple de 579 Nm à 5950 trs. Pour les deux versions, c’est une BVM6 renforcée associée avec un différentiel à glissement limité qui transmet la puissance aux roues arrières. 

La Beast 300 annonce un rapport poids/puissance de 2.22 kg/ch et la 500 de seulement 1.408 kg/ch… voilà de quoi assurer des performances canon à la voiture. Rezvani Motors n’annonce pas de Vmax ou de capacité de reprise mais nous fait part des temps réalisés dans l’exercice du 0 à 100 km/h. La 300 plie l’affaire en moins de 3.1 secondes et il faut seulement 2.8 secondes à la version 500 pour le même exercice. 

Reposant sur l’Ariel, la Rezvani Beast en reprend les trains roulants et les liaisons au sol qui sont assurées par 4 suspensions indépendantes avec barres anti roulis et amortisseurs Bilstein réglables (10 positions). Le système de freinage est fait de disques ventilés pincés par des étriers Alcon Compétition à 4 pistons. Alors qu’une Atom repose sur des quasi roulettes en 15 pouces de diamètre, la Best s’équipe de jantes en alu forgé en 19 pouces. Elle chausse des pneumatiques Toyo R888 en 235/35 R 19 à l’avant et du 295/30 R 19 à l’arrière.

Pour ce qui est du cockpit de ce roadster californien, peu ou pas d’éléments, le constructeur se contentant d’annoncer des éléments suffisants à la conduite sportive. On devrait donc retrouver le minimum syndical avec un tableau de bord minimaliste, un combiné porte instruments emprunté à l’Atom ou inspiré de celui des autos de course, deux baquets, des harnais de sécurité et puis voilà !

La Beast est une auto qui s’annonce assez chère puisque le « constructeur » annonce un prix de 119.000$ pour la version 300 et de 139.000$ pour la 500. Ces prix s’entendent hors options et départ « usine ». Pour ceux qui seraient pressés d’investir dans une telle auto, Rezvani Motors fait une fleur avec les quatre premières autos (2 x 300 / 2 x 500) vendues aux tarifs respectifs de 99.500$ et 124.900$.
Enfin, pour ceux qui sont déjà les heureux possesseurs d’une Ariel Atom, l’entreprise se propose de l’habiller et de la faire évoluer en Beast 300 ou 500 contre les sommes de 49.000 ou 69.000$

La Beast apparait comme séduisante, racée et ultra performante. On accroche facilement à son allure très sportive et agressive, on se dit qu’on doit bien avoir quelques atomes en commun avec une telle auto mais elle fait payer très cher son exclusivité. Enfin, on peut aussi se poser la question de la réalité de ce projet puisque Fardee Rezvani nous a habitué jusque là à de très agréables projets hélas toujours sans lendemain.

Rezvani.30

Via Rezvani Motors.