C’est au salon de Francfort 2011 que le petit futur constructeur croate, Rimac, fait sensation en dévoilant un grand coupé électrique sportif, très performant et élégant. 

Rimac

Rimac parle alors d’un coupé fort de 800 kW (1088 ch) et 1200 Nm capable d’emmener le coupé à plus de 305 km/h et d’abattre le 0 à 100 km/h en seulement 2.8 secondes. Le patron et fondateur de l’entreprise parlait alors de très nombreux clients intéressés, de projets d’investissements, d’une usine, de très nombreux bons de commandes (>750.000€ l’unité). Durant quelques semaines ou même quelques mois, on parle encore de Rimac et puis plus rien de la part de l’entreprise croate.

Les projets semblaient ambitieux, peut être un peu trop même au regard d’une quasi start up qui n’avait pour seul fait d’armes qu’une BMW E30 électrique de couleur verte certes très performante mais guère plus. Ces derniers jours nous avons eu des infos au sujet du coupé et on apprend que deux investisseurs potentiels se seraient manifestés pour mettre de l’argent dans le projet.
D’une part il y a Frank Kanayet Yepes, un riche colombien qui officie dans le monde de l’énergie et de l’éthanol dans son pays. L’homme est aussi le distributeur des marques Ferrari et Maserati en Colombie et il vient d’investir des sommes importantes dans la nouvelle Formule E. D’autres part, un consortium financier venu de Hong Kong dit vouloir prendre 10% des parts de la future entreprise automobile.
Par ailleurs, Mate Rimac dit avoir reçu des fonds de la part des six premiers clients de son auto ce qui devrait un peu aider à la création de Rimac Automobili… vrai constructeur automobile !
Rimac disposerait ainsi d’environ 8 millions d’euros (ce qui correspond à la valeur commerciale d’environ 10 exemplaires de la supercar), ce qui est un début mais pas suffisant pour devenir un constructeur patenté et reconnu pour la qualité de sa production (performances, finition, SAV).

La société croate compte aussi sur la mise sur le marché de son vélo électrique, le Greyp Bikes, pour se faire connaitre et pour faire rentrer de l’argent. Selon les éléments disponibles, plus d’une centaine d’exemplaires auraient déjà été commandés. Rimac dit d’ailleurs vouloir embaucher 50 personnes pour aider à la fabrication du cycle électrique et/ou participer à la mise en place de la partie automobile.

Reste quand même de très nombreuses zones d’ombres qui font penser que ce projet n’est pas pour demain car, si deux investisseurs sont là, le tour de table tant du coté des financiers que du coté des clients est loin d’être bouclé ! A suivre.

NDLA : Rimac compte fabriquer 88 voitures.

Via TechEU.