Ross Brawn a fait savoir presque discrètement lors d’un concours de pêche en Ecosse qu’il mettait un terme définitif  à plus à 35 ans de carrière dans le monde de la course automobile.

« Je prends assurément ma retraite. Je vais prendre une année sabbatique pour profiter de la pêche et ensuite voir ce que la vie me réserve. Je n’ai pas d’autres plans pour l’instant. » c’est ce qu’a déclaré Ross Brawn aux gens qui l’accompagnaient lors de cet événement halieutique de fin de semaine.

Ross Brawn

Cette annonce coupe court aux dernières rumeurs qui le voyaient chez McLaren dans les prochains mois ou pour la saison 2015. Agé de 59 ans, l’ingénieur natif de Manchester quitte donc le grand barnum de la F1 , ses dorures, ses combines et ce qui reste de passion dans ce milieu tant chamboulé depuis une quinzaine d’années pâr le travail d’oncle Bernie…

Petit retour sur la carrière de l’ingénieur.

Ross Brawn intègre le milieu du sport automobile en 1976, en tant que mécanicien chez March en F3. En 1978, il rejoint la toute nouvelle écurie Williams encore comme mécanicien. Au fil des ans, il grimpe progressivement les échelons au point de devenir l’un des principaux aérodynamiciens de l’écurie britannique. En 1985, Brawn quitte Williams pour rejoindre le team anglo-américain Force dirigé par Carl Haas toujours en tant qu’aérodynamicien. mais fin 1986, le team Force fait faillite et Brawn rejoint alors Arrows où il dessine en 1987 sa première F1, l’Arrows A10. L’écurie Arrows fait de bons résultats en championnat ce qui fait que les directeurs d’écurie ou des services compétition des constructeurs s’interessent à lui. Fin 1989, il est débauché par Tom Walkinshaw qui le met à la tête du programme TWR Jaguar pour le championnat du monde de sport prototype (le WEC actuel). Brawn travaille donc pour Jaguar et développe la XJR-14 qui sera une belle et bonne voiture. En 1991, la XJR-14 remporte les titres de champion du monde conducteurs et celui des constructeurs. Pour la petite histoire, sachez que cette voiture était tellement bien née qu’elle sera reprise par Joest Porsche, modifiée en version ouverte, remotorisée par le constructeur de Zuffenhausen et elle remportera les 24 Heures du Mans en 1996 et 1997 sous le nom WSC-95.

Mais entre temps, les choses se sont gatées chez Jaguar et Ross Braw s’en retourne en F1 chez Benetton. Il devient alors directeur technique de Benetton en 1992 aux cotés de Rory Byrne, où il se forge une réputation de fin stratège et d’ingénieur très performant. Il remporte alors les deux premiers titres de champion du monde de Michael Schumacher en 1994 et 1995. En 96, « Schumi » prend la direction de la Scuderia mais Ross Brawn rempile pour une saison sans grand succès. A l’hiver il prend à son tour à la direction de Maranello où part remplacer John Barnard à la direction technique. Sous son impulsion, Rory Byrne reprend du service et vient compléter la nouvelle équipe de la firme italienne qui est dirigée par Jean Todt. Brawn remporte ensuite six titres en tant que directeur technique de Ferrari (1997-2006). Fin 2006, il prend une première retraite ou année sabbatique mais en 2007, il rejoint le team Honda Racing F1. La crise de 2008 arrive, la voiture est mal née, la F1 coûte une fortune et Honda fait le choix de se retirer. Juste avant le début de la saison 2009, il rachète l’écurie Honda qui devient alors Brawn  GP et remporte dès sa première saison le titre conducteur avec Button et le titre constructeur. La saison à peine terminée, Mercedes Benz et un fond d’investissement rachètent Brawn GP qui deviendra dès la saison 2010 le Team Mercedes Grand Prix.

Il reste dans la nouvelle structure comme directeur général de l’écurie mais la suite de l’histoire est moins enthousiasmante que par le passé car les résultats sont moins bons. Il restera à la tête du team jusqu’à la fin de l’été 2013 lorsqu’il annonce son départ de l’écurie allemande. Laissons passer une année et nous retrouverons peut être le britannique sur les bords d’un circuit !

Via AP, Fan F1, StatsF1.
Crédits photos : Sutton-images, Motorsport, Planète F1, JR-photos.