Petit retour sur le fameux dossier Saab et son devenir depuis la disparition du constructeur il y a déjà de très longs mois. D’ailleurs au delà de quelques « suiveurs » ou sites saabistes qui regardent ce que devient la dépouille du constructeur de Trollhättan, plus personne ne parle de Saab. Même dans ce qui fut le triste réseau Saab France de ces dernières années, on semble déjà avoir oublié qu’on vendait l’an passé des 9-3, des 9-5 et qu’on attendait le renouveau de la marque. Pronostiquant la mort du constructeur depuis longtemps, nous avions même eu quelques conversations un peu musclées avec les gens qui dirigeait Saab France à l’époque et qui n’auront vécu pour Saab que durant une saison.

Mais alors où en sommes nous dans l’affaire des très nombreux repreneurs potentiels du constructeur suédois ! Là aussi c’est un peu le flou suédois car depuis des mois nous allons de report en report pour connaitre le nom de celui qui aura la « chance » de relancer l’entreprise. Nous avons tout eu, tout entendu ! Bien sur il y a eu le projet turc, mort depuis longtemps, un fumeux fond d’investissement, le cas BMW qui a démenti assez vite (mais moins vite que pour De Tomaso) être sur les rangs, on oubliera bien sur le groupe chinois de distribution qui lui aussi jeté l’éponge il y a longtemps, restaient alors les constructeurs Youngman et Mahindra et une mystérieuse société suédoise, inconnue jusqu’alors, NEVS pour National Electric Vehicle Sweden. Cette nouvelle compagnie  serait en fait associée avec une entreprise chinoise National Modern Energy Holding et un fond de capital risque japonais du nom de Sun Investment… Un groupe venu de nulle part qui annonce vouloir produire très vite 100.000 VE/an… Du « lourd » en somme et du crédible pour qui veut bien l’entendre mais je ne crois pas que cela aille plus loin. NEVS serait une entreprise dirigée par un ancien de Volvo mais sans plus de précision !

Aux dernières nouvelles, exit Youngman qui n’a pu obtenir l’accord officiel et obligatoire des autorités chinoises, il reste donc NEVS AB et Mahindra en piste pour la reprise des actifs de Saab. Aussi après de nombreux atermoiements et des délais sans cesse rallongés, il semblerait que ce soit le constructeur indien, déjà propriétaire de Ssangyong qui ait été retenu pour la reprise de Saab… mais non si l’on en croit d’autres médias (dont AutomotiveNews) qui affirment ce jour dur comme fer que c’est le consortium nippo-sino-suédois qui aurait été retenu. Tout ça pour vous dire qu’on nage encore en plein brouillard scandinave et qu’une fois de plus rien n’est fait !

Vu d’ici, c’est effectivement Mahindra qui semble le plus crédible pour reprendre l’activité industrielle de feu Saab mais pour en faire quoi ? Relancer la marque ? Produire des voitures, des SUV et des camions en Suède ? Intégrer Saab à Ssangyong pour avoir une gamme associée à la grande et statutaire Chairman ? Difficile à dire pour l’instant tant les possibilités de résurrection sont faibles et d’ailleurs GM, autre partie prenante du dossier suédois, n’a toujours pas fait connaitre sa position sur les offres de reprise de NEVS AB et Mahindra. Au final, nous n’avons toujours pas avancé, Saab est toujours mort, Victor Muller était aux Mille Miglia il y a quelques jours et moi, pour patienter, je vais aller grignoter quelques fameux petits suédois croustillants accompagnés de la non moins fameuse confiture d’airelles suédoises… Juste de quoi tenir jusqu’à la fin de semaine, nouvelle date fixée par les administrateurs pour le dénouement du feuilleton de la reprise. En attendant, bon appétit à tous  !

Via DI, AP, AutomotiveNews, TTELA.se.