_DSC1080

Afin de pousser un peu plus loin notre première prise en main rapide avec la Seat Ibiza Cupra cru 2013 à Barcelone, Seat nous a concocté un petit parcours de santé d’une grosse centaine de km en Ile de France ainsi qu’une sortie sur le circuit de Dreux, ¡ Vamos !

Vous connaissez maintenant tous (ou presque) la nouvelle Seat Ibiza Cupra 2013, avec son 1.4 L TSI turbo compressé de 180 cv, ses 1259 kg et ses 6,9 secondes pour l’exercice du 0 à 100 km/h. Alors est elle une sportive ? Une citadine ? Un bon et efficace mélange des deux ? Je tente de vous donner un début de réponse dans cet essai de ouf …

Départ de Paris centre pour le circuit de Dreux avec comme premier terrain de jeu, les feux rouges, les nids de poule et les angles morts. On est plutôt bien assis dans la voiture et étonnamment c’est a la fois très raide mais assez confortable… en somme spécial mais pas déplaisant. Pour les feux rouges il faut prendre ses habitudes car la pédale d’accélérateur est un peu sensible ! Donc pour éviter les a-coups il faudra s’entrainer un minimum… Un peu de mal concernant les angles morts dus aux petites vitres arrière. Comme l’accélérateur, on s’y fait mais on est loin d’une Twingo 1 !

Avant de prendre l’autoroute, profitons d’un nouveau feu rouge pour évaluer l’intérieur. Une sensation étrange se dégage de cet habitacle puisque les jolis plastiques cohabitent avec des plastiques de qualité assez médiocre. Et pas qu’un peu, notamment sur des endroits ergonomiques qui sont souvent sollicités comme l’accoudoir de portière ou la planche de bord. Le volant est très agréable, les plastiques brillant sont sympathiques (après, c’est une question de gout) et le design interieur est simple mais efficace ce qui rattrape cette histoire de plastique. Nous aurions voulu une pincée de qualité en plus comme c’est le cas sur la nouvelle Leon !

Nous voici sur autoroute et l’Ibiza se transforme en bonne routière sportive. L’insonorisation est très bien gérée, toujours à l’aise et sans bruits parasites. Aucun soucis quand vient le moment de doubler, une pression sur l’accélérateur et nous voila bien au dessus des limitations de vitesse autorisées (ça ne fait pas de mal, mais restons politiquement correct  et n’énervons pas Chantal Perrichon qui brandit sur le bord de la route son LAVIA…). Ces quelques kilomètres d’autoroute sont donc un quasi sans faute, surtout avec cette 7ème vitesse qui permet les 1500/2000 tours à 130km/h.

Nous attaquons maintenant les petites routes de campagne de l’ouest parisien et la cadence s’accélère (nous perdons petit à petit notre esprit politiquement correct à la vu de ces grandes lignes droite et des petits enchaînements de virages….) et là ça commence à glisser un peu de partout (la route était grasse, nous n’y sommes pour rien !). Un bon début pour tester la tenue de route de cette Ibiza Cupra et elle se débrouille très bien, ça tient assez bien l’asphalte malgré un train avant un poil léger (ça se balade un peu quand on relâche les gaz brusquement), et ce sera un microscopique détail pour le conducteur « normal ». Reste que cette affaire du train avant léger est récurrent sur cette voiture depuis l’IBIZA SXI 100 ch de… 1988. On regrettera par contre que la boite DSG ne possède aucun vrai mode manuel et on devra se contenter du mode S sur circuit.

En parlant du circuit, nous y voila ! Circuit de Dreux, début d’après midi, temps clément (mieux qu’a Paris du moins…) et quelques ateliers qui nous attendent. Présentation de l’auto, un déjeuner agréable et à cause d’un temps de mars avec giboulées, nuages et autres réjouissances humides, voilà que le circuit se transforme en piscine municipale. Tant pis, ça glissera mieux nous souffle un moniteur. Une occasion de pousser encore un peu la Seat sur un revêtement peu évident !

Virages rapides, slalom, lignes droites et freinages d’urgence. A première vue, on se dit ça va être à base de glissades, aquaplaning et plein d’autres choses rigolotes mais à notre grande surprise, l’Ibiza Cupra se révèle être très agile sous l’eau (sur l’eau pardon..) et ce, même pour le freinage d’urgence (140km/h => 0km/h). Au bout du compte c’est plutôt pas mal, surtout avec les freins Seat AP Racing (995€ en option) qui sont d’une efficacité assez surprenante. Cette bonne surprise et l’envie de la pousser encore un peu plus se font ressentir (toujours avec un pilote « patenté » à nos cotés). Encore une fois, dommage de ne pas avoir un mode ‘full manuel » avec la boite DSG, ça aurait mis un peu de piquant et de sportivité dans la conduite. Reste le mode S qui est automatique et qui permet d’aller jusqu’au rupteur, c’est rigolo, ça l’fait devant les potes et les copines mais au final, c’est un peu frustrant car on subit plus qu’on agit. Ceci dit, les passages se font rapidement, c’est propre, net et sans bavure ! Et pour finir cette session pistarde, voici le slalom. Ca glisse un peu mais votre humble serviteur finira troisième (à une seconde du premier) au CupraChallenge organisé par nos hôtes de chez Seat ! (et dommage pour la GoPro mise en jeu que je destinais à mes prochains essais vidéos. Mais attention, mon fameux coup de volant est là et pour la prochaine génération de Seat Ibiza (en 2016), je serais là et je remporterais la mise… rien que pour vous !).

Récapitulons. Nous avons une Seat Ibiza Cupra de 180 ch, raide mais pas trop, avec une bonne tenue de route facile et piégeuse mais toujours un train avant un rien juste en précision, une finition intérieure sympa mais aussi un peu décevante et des accélérations largement suffisantes pour la vie de tous les jours mais justes pour aller chercher les ténors de la catégorie. Ce qui nous donne au final, une bonne citadine sportive pour un prix de 21.950€ hors options, ce qui reste raisonnable pour la catégorie mais aussi pas très loin d’une Clio RS 200 EDC ou d’une 208 GTI qui sont autrement plus péchues !

Un grand merci à l’équipe Seat France pour cette agréable session de prise en main.