Takata, un nom qui parle aux oreilles des amateurs de tuning à la façon japonaise… ou à ceux qui sont fans de l’histoire et de la vie des équipementiers. Toujours est-il que l’entreprise japonaise, pourtant réputée est au coeur des rappels de millions de véhicules qui ont des problèmes d’airbag et d’insufflateur.

Takata dans la tourmente

L’équipementier automobile japonais Takata, qui emploie actuellement près de 44.000 salariés dans le monde, fait face à une crise majeure en raison d’un défaut sur les insufflateurs d’airbags équipant des millions de véhicules.
Selon le quotidien économique Nikkei, ce sont au moins quelques 9 millions d’entre eux qui ont déjà été rappelés pour ce seul défaut par les plus grands constructeurs (Toyota, Nissan, Honda, Mazda, BMW, Chrysler, Ford notamment) mais plusieurs centaines de milliers d’autres pourraient suivre dans les semaines à venir.

Juste du point de vue financier depuis quelques années du fait de la crise et d’un yen fort, Takata qui commençait à sortir la tête hors de l’eau va, semble t-il boire de nouveau la tasse. Ainsi, le coût de la prise en charge des réparations requises ou des mises à jour pourrait porter un coup sévère à la trésorerie da la société Takata, qui vient tout juste de sortir du rouge l’an passé. Le groupe industriel prévoyait jusqu’ici, pour l’exercice 2014-2015 qui vient de s’ouvrir au Japon, un résultat net de 16 milliards de yens (~115 millions d’euros) sur un chiffre d’affaires de 560 milliards de yens (~4 milliards d’euros) mais tout cela risque d’être mis à plat car il y a fort à parier que l’entreprise japonaise soit mise à contribution par ricochet, par les constructeurs automobiles qui ne veulent certainement pas assumer seuls la charge de ces rappels et de ces mises en conformité d’un équipement de sécurité.

Une affaire qui devrait coûter cher à l’équipementier mais qui devrait aussi avoir un impact non négligeable sur son activité et sa viabilité dans le temps tant le montant des réparations pourrait être élevé. On peut aussi se poser la question de savoir pourquoi cette entreprise est choisie par de très nombreux constructeurs, est-ce en raison de sa fiabilité ou du faible coût de ses équipements ?

Un dossier à suivre.

Via Nikkei, AP.