teslax-gallery2De concepts en concepts, de reports en reports, ça faisait longtemps qu’on l’attendait, ce Model X… Depuis 2012, pour être précis. Une attente qui s’est terminée cette nuit, où Tesla a enfin présenté tous les détails de son nouveau SUV…

Dire que ce Model X était une surprise serait un grossier mensonge. Elon Musk, cofondateur et actuel patron de la marque, en parle quasiment depuis que la Model S a été présentée. Une annonce rapidement suivie d’un showcar en 2012, avec la promesse de le voir sur nos routes l’année suivante,et puis… Plus rien, si ce n’est des annonces de report de fabrication. Mais le voilà enfin, et ne boudons pas notre plaisir à en faire le tour du propriétaire…

Tout d’abord, le design. Ici non plus, pas d’énormes surprises, puisque le Model X reprend quasiment tous les traits de son showcar, lui-même solidement inspiré de la Model S -avec, forcément, des volumes plus arrondis et plus accueillants que pour la sportive familiale. Un air de famille plus qu’évident entre ces deux modèles donc, si ce n’est que le SUV voit l’espèce de calandre laquée noir de la S disparaître. J’étais un peu sceptique au début mais je m’y fais rapidement. A l’arrière, on note l’apparition d’un spoiler rétractable, sûrement utile pour bien plaquer la bête à hautes vitesses.

Après, bien sûr, ce sont ces fameuses portes arrières qui captent toute l’attention. Pourquoi ? Parce qu’elles se lèvent, tout simplement. Une telle architecture, ça fait rêver sur les photos, mais ça soulève un certain nombre de questions dans la vie réelle : et si la largeur n’est pas suffisante pour ouvrir la porte ? Et si je stationne dans un parking souterrain ? Et si la voiture se retourne ? Et si je veux installer un porte-bagage ? Tesla a donc passé un temps phénoménal a développer ces deux ouvrants, et voici à quoi ils sont arrivés :

  • Grâce à une deuxième charnière sous la vitre, la porte peut se « plier » sur elle-même, permettant ainsi un déplacement vertical de la partie basse de la porte et permettant un dégagement total, même en cas de voisin collant. Il y a ainsi eu une démonstration d’un Model X, garé au chausse-pied entre deux autres SUV, et les portes se sont ouvertes sans le moindre souci. Mais du coup, je me demande si ce système permet quand même aux vitres arrières de descendre ou non…
  • Un armada de capteurs ultrasons scannent en continu l’espace autour des portes et permettent à celles-ci de s’ouvrir sans jamais rien heurter, que ce soit des murs, des plafonds, des voitures ou des doigts.

Une fois ces contraintes techniques esquivées, on ne peut qu’être ébahi par l’accès à bord offert par cette solution : on peut accéder aux deux rangées de sièges arrière -car oui, la Model X offre 7 places de série-en étant debout, ou installer un siège bébé sans contorsion, bien plus aisément que dans tout autre auto. Voilà qui devrait bien aider les familles nombreuses…

A l’avant, peu de changements : la planche de bord de la Model S et son immense écran de 17 » sont repris. On notera juste deux nouveautés : l’apparition de rangements entre les sièges (AMEN, et adieu à ce stupide bac immense qui devenait un bordel monstre dès les premières minutes de roulage) et…un pare-brise panoramique. Forcément, Tesla reste Tesla, et se vante d’avoir le plus gros, le plus isolant, le plus blablabla… C’est quand même une excellente nouvelle, surtout quand on pense aux bienfaits que procure cet équipement dans une bête C3 à 16 500 €.

tesla-model-x-official_04

Un dernier point sur le côté pratique : le Model X est à ma connaissance le premier VE à être capable de tracter des choses. Tesla l’a d’ailleurs prouvé en présentant sur scène un exemplaire accompagné d’une rutilante caravane Airstream. Le coffre n’est pas en reste puisque, même avec 3 rangées de siège, il reste suffisamment de place pour stocker toutes les affaires de la famille, notamment grâce à l’énorme coffre avant, capable d’engloutir une poussette pour jumeaux (!!).

Ah si, un petit aparté : Musk reste Musk, et ça veut dire « coucou, j’ai mis des petits gadgets complètement ridicules dans la voiture dont vous allez être fous ». J’ai deux exemples sous la main : le premier, le « voiturier invisible ». Approchez-vous de la porte conducteur, et celle-ci s’ouvrira toute seule. Installez-vous au volant et, sans n’avoir rien à faire, la porte se refermera sans que personne n’ait rien à faire. Encore mieux qu’une Rolls. La deuxième : le mode « Bioweapon Defense Mode », ou « Mode de défense contre les armes bactériologiques ». Non non, je ne plaisante pas. Tesla a installé dans son SUV un filtre à air 10 fois plus grand que dans une voiture traditionnelle, et -toujours d’après Tesla-, de meilleure qualité. D’une telle qualité qu’il serait capable de piéger le moindre microbe… Thanks, Elon.

Viennent ensuite les performances. La Model S ayant bâti une grande partie de sa notoriété en explosant des BMW, Porsche, Jaguar & tant d’autres en termes d’accélération, Tesla se devait de continuer dans cette direction. Le Model X est ainsi disponible en deux versions : le 90D et le P90D, les deux en transmission intégrale. Même si ces deux versions proposent la même puissance (pas loin de 700ch), la version « de base » se contente de passer le 0 à 60 mph (~97 km/h) en 3.7s, quand la P90D et son mode Ludicrous (« absurde » en anglais) passe ce cap une demi-seconde plus tôt, soit 3.2s après avoir démarré. Ce qui rend ce SUV de presque 2,5 tonnes plus rapide qu’une 911 Turbo…

L’autonomie n’est cependant pas en reste, puisque le Model X est homologué pour 413 km en version 90D et pour 402 en P90D. Il va de soi qu’il est parfaitement compatible avec les stations Superchargeur de la marque, permettant une recharge de 80% en 30 minutes.

Et pour finir, le prix. La Model S n’est pas donnée, le Model X l’est encore moins : les tarifs français n’ont pas encore été annoncés, mais il faudra compter grand minimum $132 000 (= 117 200 €) pour accéder au SUV Tesla dans sa version 90D, et même $142 000 (= 126 000 €) pour s’offrir la P90D. Et il faudra s’armer de patience : si la commercialisation outre-atlantique vient de débuter, elle concerne uniquement les exemplaires Signature, pré-réservés il y a looooongtemps par leurs propriétaires. Si vous en commandez une aujourd’hui aux USA, n’espérez rien avant l’année prochaine. Concernant la France, les livraisons commenceront début 2016, toujours pour les clients Signature.

Voilà, tout est -à peu près- dit. Il est beau, il est grand, il va vite, il est cher, il donne envie. Nul doute qu’il remportera un franc succès, en attendant sa petite sœur, la Model III, dont les précommandes sont prévues pour mars prochain !

Pour revoir la vidéo de présentation, c’est ici (attention, c’est assez insupportable, entre l’audiance qui applaudit à chaque mot prononcé et ce pauvre Musk qui n’arrive toujours pas à parler en public).

Et enfin, une première vidéo par The Verge :

Via Tesla, YouTube.