Mercedes GLE Coupé 63 S AMG

Lorsque Mercedes présente l’intégralité de sa gamme SUV, elle ne fait pas les choses à moitié ! C’est donc sur les routes du Luberon que nous avons été conviés pour tester les performances de ses modèles GLC, GLE et GLE coupé.

D’entrée de jeu j’avais jeté mon dévolu sur le GLE Coupé, tout dernier-né de la marque et, selon les dires de Marc Langenbrinck, le modèle qui manquait à Mercedes pour faire face à la concurrence de « qui vous savez » ! Il est vrai qu’un lien de parenté avec un certain X6 saute aux yeux. Mercedes s’en défend à mots couverts et veut affirmer son caractère : des lignes racées, une calandre sportive, un hayon fuyant et des passages de roue musclés. Ce look de coupé survolté qui pouvait surprendre il y a encore quelques années fait désormais partie de notre paysage routier.

Restait à savoir ce que l’animal avait dans le ventre et pour la peine, Mercedes m’a confié le GLE Coupé 63 S AMG : il est des invitations qui ne se refusent pas !

L’intérieur cuir Nappa blanc exclusif AMG tranche parfaitement avec la robe noire du bourdon ! La présentation est flatteuse, le choix des matériaux et les finitions irréprochables mais on ne pouvait pas en attendre moins de la part de la marque à l’étoile. On regrettera peut-être l’intégration du GPS dans la planche de bord mais l’équipement pléthorique impose certaines concessions.

Juste le temps de s’asseoir au volant et de pousser le bouton Start pour enchanter ses oreilles au son du vrombissant V8 de 585 chevaux et ressentir l’irrépressible appel de la route ! Le Dynamic Select Controller permet de choisir le comportement de la voiture grâce à de nombreux paramètres (ESP, hauteur du véhicule, sonorité du moteur, etc.) pour l’adapter à son mode de conduite ou à l’envie du moment.

Quelques instants passés en mode « Confort » permettent de juger de la suspension et de l’isolation phonique : aucun doute, on est bien à bord d’une Mercedes. Mais l’envie de tester les modes Sport et Sport+ me taraude et je ne résiste pas longtemps ! Aussitôt la mécanique s’emballe et les sonorités du V8 biturbo envahissent l’habitacle. Profitant des lacets d’une départementale je sollicite la boite auto 7 rapports ultra-sportive pour enchaîner les virages avec agilité. Les palettes en aluminium permettent de jouer avec la boite et trouvent naturellement leur place derrière le volant spécifique AMG. Les reprises sont franches et les changements de vitesse rapides même si l’on peut trouver l’électronique du véhicule parfois un peu trop présente. La transmission intégrale induit un comportement sain et le freinage offre suffisamment de mordant pour réfréner les plus de 2,3t de l’engin.

Malgré la position de conduite surélevée, le train de roulement et la suspension Airmatic permettent d’aborder les virages en toute sérénité. En revanche, chaussé de 22’’ et en mode Sport ou Sport+, le Coupé ne parvient pas à faire oublier les imperfections de la route : c’est ferme, très ferme !

L’expérience de conduite est très excitante et le maintien des sièges parfait. On s’imagine sans mal pouvoir parcourir de longues distances à son bord sans risquer un tassement de vertèbres.

Côté confort, notre voiture était équipée du pack d’assistance à la conduite permettant, entre autres, le maintien d’une distance de sécurité par rapport au véhicule précédent, la détection de véhicules ou d’obstacles et la lecture automatique des panneaux de signalisation de vitesse. Comme à son habitude, Mercedes tient un catalogue d’options très riches – et certain ajouteront onéreux ! – comme le système de sonorisation Bang & Olufsen ou Harman-Kardon. D’autres sont plus contestables comme l’éclairage LED de l’étoile de calandre ou encore les rétroviseurs qui projettent le logo Mercedes-Benz au sol : il est vrai que d’autres constructeurs le proposent aussi mais c’est parfois too much !

Les passagers arrière ne sont pas en reste car malgré une garde de toit rabaissée, Mercedes a avancé la banquette pour permettre des gabarits comme le mien. Le GLE Coupé pourra donc faire office de véhicule familial avec enfants, même grands.

Le coffre quant à lui est vaste et profond avec ses 650 à 1720 dm3, trop profond même ! Bras tendus il n’est pas simple d’atteindre le fond. A noter aussi que le seuil de chargement est un peu élevé.

Je ne ferai pas état de la consommation qui est gargantuesque : 11,9 litres en cycle mixte. Mais avouez que si vous vous offrez une telle voiture vous ne serez pas trop regardants sur son appétit…

Mercedes GLE Coupé 63 S AMG

Au final le GLE Coupé 63 S AMG est un jouet pour grands enfants qui fait tourner les têtes ! J’en veux pour preuve les nombreux regards qui se sont posés sur lui lors de ces essais et, je l’avoue, le souhait de certains de le troquer contre leur citadine vieillissante ! Mais soyez rassurés, je l’ai rendu à son propriétaire en temps et en heure  😉

Le GLE Coupé est disponible 5 motorisations :

  • 350 d, diesel de 258 ch
  • 400, essence de 333 ch
  • 450 AMG, essence de 367 ch
  • 63 AMG, essence de 557 ch
  • 63 S AMG, essence de 585 ch.

Les prix publics vont de 69 900 à 141 750 € T.T.C.

Essai du GLC 250 4MATIC Essence

L’après-midi a été l’occasion de monter à bord du tout nouveau GLC. Vous l’aviez découvert sur Blogautomobile en photos en juillet dernier et le style est plutôt réussi.

Pour ce qui est de l’impression à bord, l’imposant pont entre les sièges pourrait vous laisser penser que vous êtes à bord d’un Hummer mais il n’en est rien.

Côté conduite, il faut bien les 211 chevaux de son 4 cylindres pour propulser l’engin. Evidemment la comparaison est complexe après avoir eu le Coupé AMG entre les mains mais on ne peut pas retirer à ce GLC une finition parfaite et un comportement routier irréprochable.

Essai du GLC 220d 4MATIC Diesel

Enfin j’ai croisé les roues de la version diesel du GLC de 170 chevaux qui s’avère presque aussi véloce que sa devancière à essence, la consommation en moins.

Voilà un véhicule prêt à avaler des kilomètres et des passagers avec plein de bagages grâce à son coffre gigantesque et son plancher plat.

Le GLC est disponible en 3 motorisations :

  • 250, essence de 211 ch
  • 220 d, diesel de 170 ch
  • 250 d, diesel de 204 ch

Les prix publics vont de 44 000 à 59 600 € T.T.C.

Que dire de cette gamme de SUV revue et corrigée par Mercedes ?

Force est de constater que le changement de style opéré par la marque n’est pas seulement le fait d’ingénieurs farfelus mais le témoin d’une volonté d’offrir une gamme large et homogène.

Qui plus est, les rondeurs de la gamme G ont permis d’améliorer le cx des véhicules et de réduire leur consommation.

Pour aller encore plus loin, Mercedes promet quelques déclinaisons hybrides de ses SUV : wait and see!

Remerciements aux équipes de Mercedes pour leur invitation et leur professionnalisme et aux équipes de La Coquillade pour leur accueil.