Tour Auto 2013

Le rendez-vous approche et le fameux Tour de France en voitures classiques s’apprête à se lancer, du 7 au 12 avril prochain. Plus de 1500 km sont au programme avec un départ au château de Vaux le Vicomte, et des étapes à Dijon, Mulhouse, Aix les Bains, Valence et un final à Marseille. Les voitures courront également sur Dijon-Prenois, l’anneau du Rhin, le circuit de Bresse et le circuit Paul Ricard. Le parcours s’annonce alors encore une fois superbe, avec une traversée de la France du Nord au Sud, axée sur la partie Est du pays. A ce jour la liste d’engagés présente près de 300 participants avec des voitures toujours aussi folles : préparez-vous à voir ou revoir quelques Lancia Stratos, Porsche 906, Ford GT40 ou encore Ferrari Dino 246 GT…. Notons également que cette année, le Tour dirige ses projecteurs en particulier sur BMW et Mini avec entre autre la présence d’une 507, de 2002 Turbo ou encore des rutilantes 3.0 CSL. De quoi en prendre plein les yeux et les oreilles !

Vous hésitez encore pour découvrir le Tour Auto ? Allez, petit retour en arrière sur la 22ème édition que nous avions suivi l’an dernier… et vous verrez que Peter Auto ne fait pas les choses à moitié !

Carnet de route d’un périple de plusieurs centaines de kilomètres à travers les routes de France.

Le Tour Auto ne pouvait cette année que retenir notre attention. Il m’avait d’autant plus attiré que j’ai parcouru les routes de France en vue d’un objectif 100% Porsche… Les Porschistes seront ravis puisqu’une bonne partie des photos seront sous le signe de la marque stuttgartoise, mais il y en a pour tout le monde et j’ai tout de même de quoi faire voyager les autres 😉

En quelques chiffres, ce sont 250 voitures de 1949 à 1978, toutes d’époques donc aucune réplique, dont 51 Porsche qui représentent tout de même plus de 20 % du plateau. Une année d’autant plus particulière avec dix-sept 911 pour fêter le cinquantenaire du modèle mythique de la marque de Stuttgart. A cela nous pouvons ajouter la présence exceptionnelle de bon nombre de prototypes Porsche. En effet, on ne compte pas moins de six 906 et quatre 910 présentes pour l’occasion. On remarquera par contre l’absence sur le parcours de quelques voitures qui n’étaient présentes qu’au Grand Palais à Paris, comme la très rare 718 RSK qui avait pourtant courue l’an dernier.

Chaque année le parcours du Tour Auto Optic 2000 est renouvelé, en empruntant tous les ans un nouveau tracé à travers la France. 2187 kilomètres sont au programme cette année, répartis sur cinq étapes reliant Paris à La Rochelle en mélangeant routes de charme, sinueuses et escarpées avec des épreuves spéciales et des circuits renommés… Mélangez tradition, voitures exceptionnelles, routes typiques, villages de charme, paysages singuliers et passion de l’authenticité et vous obtiendrez la recette d’un Tour Auto réussi !

84-8

Des pensées anciennes, une forme olympique !

Nous avons eu à faire à des voitures encore rutilantes ! Les pilotes ne ménagent pas les mécaniques, que ce soit sur routes ou sur l’asphalte des circuits. Les Porsche 356, en très grande forme, m’ont de nouveau particulièrement surprises par leur agilité et leur efficacité, laissant exploser des flammes, non sans émotion. L’élégance est également de mise à travers la traversée de villages traditionnels sur des routes qui réconcilient conduite et plaisir.

Des villages, mais aussi des châteaux pour les déjeuners qui ne sont pas des plus simples à trouver dans des campagnes bien à l’écart et via des chemins martyrisant les bas de caisse. J’ai pu de ce fait découvrir deux des châteaux « étapes » dédiés aux déjeuners : le château de Pesteils dans le Cantal, et le château de la Bourlie dans la Dordogne tous deux classés monuments historiques : l’occasion de découvrir les belles au repos dans des cadres enchanteurs.

J’ai d’ailleurs surpris Gérard Holtz pris dans ses messages professionnels après le déjeuner : « Et oui, on ne s’arrête pas pour autant cette semaine, mais on va travailler sur de belles choses. » Voilà un homme souriant, dynamique, joyeux, qui aime la vie et en profite simplement en mélangeant proches, travail et passion. Enfilant les gants et le casque, il terminera par : « l’essentiel est en tout cas de terminer le Tour jusqu’au bout et de prendre du plaisir ! »

Traversées de village

Les passages de villages en villages s’enchaînent à travers les paysages. C’est le moyen de découvrir de nombreux coins français des plus rares comme Entraygues-sur-Truyères, un village typique de l’Aveyron a clairement retenu mon attention. Ses vieilles pierres, son ancien pont du XIIIème siècle traversant la Truyère en font un lieu de passage très remarqué de ces belles mécaniques. Le lieu est agréablement charmant, mêlant automobile de collection à la délicatesse d’un village traditionnel. L’attachement se fait très vite mais la raison nous rappelle à l’ordre si l’on veut encore pouvoir suivre les voitures et ne pas prendre trop de retard sur la tête du rallye. À ce stade, je ne savais pas encore que cette commune nous réservait encore des surprises…

Une rencontre surprenante

En effet, c’est en reprenant la route qu’un détail attira mon attention dans les rues du bourg. Un garage Renault puis… des formes particulières ne ressemblant en rien à une Renault au sein de l’enceinte de ce mécanicien local… Quelques dizaines de mètres en voiture me suffiront pour comprendre : « Stop ! On s’arrête, une 910 ! » La surprise est énorme, et le choc est entier. Imaginez seulement quelques secondes la vue d’une Porsche 910, un prototype si singulier, sur le pont d’un petit garagiste local Renault où s’affairent des mécaniciens autour de la voiture. C’est un des moments rares et si atypiques que l’on ne peut retrouver que sur le Tour Auto, rendant ce rallye terriblement attachant.
L’émerveillement est d’autant plus inaccoutumé lorsque je découvre la voiture de Jacques Laffite arrêtée ici. C’est l’occasion de rencontrer un personnage très talentueux, mais aussi fort accueillant et simple. On le retrouve ici assez marqué par la dureté de l’épreuve et attristé devant sa 910 capricieuse « c’est encore le câble d’embrayage » me confia-t-il « C’est la deuxième fois déjà, en trois jours ! » Nous avons donc passé un accord ensemble : si elle n’est pas réparable, je l’achète 500€. Marché conclu avec la sympathie et l’humour de l’ancien pilote qui met tout de même une condition « OK, cela me convient, par contre c’est vous qui venez la chercher ». Généreux de votre part Monsieur Laffite, nous ferons le déplacement sans hésitation !

On le retrouvera en tout cas plus tard sur le trajet et malheureusement de nouveau embêté sur les bords des routes de campagne. Cela ne l’empêchera pas pour autant de remporter le soir même la victoire du plateau 5 sur le circuit d’Albi où se sont disputées des courses pour terminer une journée de 475 kilomètres depuis Vichy. Les circuits restent des lieux assez populaires pour cet événement grâce à une entrée gratuite et la chance de voir évoluer des automobiles d’exception sur leur terrain de jeu pour la plupart.

Parcours chronométrés

Voilà ici quelques images lors d’une « spéciale ». Je dis bien quelques images puisque nous nous sommes rapidement fait « chasser » par des habitants non seulement mécontents que la route soit fermée pour cette course mais aussi que nous, photographes étions là pour immortaliser l’événement… Je prends donc quelques clichés avant de m’éclipser !

Plus tard les concurrents ont enfin rejoint la mer, et cette année la côte Atlantique, pour clore cette 22ème édition du Tour Auto, en regagnant la ville de La Rochelle. Porsche n’est pas en manque au niveau des résultats puisque deux Porsche 356 de 1954 et 1955 prennent les deux premières places du podium « Compétition – Indice de Performance ». Une Porsche 911 RSR 3.0 atteint également la troisième place des plateaux G/H/I réunis. Une Porsche 356 se hisse aussi en troisième position concernant le classement régularité. Quant aux prototypes Porsche 910, elles ont dominé leurs courses. Jacques Lafitte y règne sans partage et s’adjuge toutes les courses sur circuit. Sur 6 podiums, Porsche apparaît donc sur 4 d’entre eux avec 7 voitures primées. M’étant particulièrement intéressé à Porsche pour son cinquantenaire l’an dernier, je n’ai noté que ces résultats mais nous suivrons davantage de résultats sur cette nouvelle édition !

Alors, convaincus pour suivre la 23ème édition du Tour Auto ? Au Blogautomobile nous sommes prêts en tout cas et nous vous ferons de nouveau vivre le Tour Auto au plus proche sur le départ, alors rendez-vous dès aujourd’hui du 7 au 12 Avril 2014 !

Merci à Guillaume Tassart et Julien Mahiels, tous droits venus de Belgique avec qui j’ai partagé ces instants sur le Tour Auto.

Via Peter Auto
Crédit photos : Romuald Terranova for Blogautomobile.fr