IMG_1007

Le bioéthanol… Ce nom barbare venu des pays froids (Suède notamment), désigne un carburant fabriqué par fermentation de certaines plantes. L’alcool éthylique ainsi produit est mélangé à l’essence selon certaines proportions pour donner naissance à un mélange considéré comme biocarburant. Le préfixe bio n’a donc rien à voir, à priori, avec l’écologie.

Cependant, les émissions de CO2, émises par les véhicules roulant avec ce type de carburant, correspondraient à la quantité de CO2 absorbée par la biomasse (betteraves et céréales) pendant sa croissance : ainsi, le bioéthanol serait donc un carburant plus propre, permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le bioéthanol est d’ailleurs déjà présent dans le SP95 et le SP98 (5%) et le SP95-E10 (E pour éthanol, 10%).

Depuis quelques années, on voit fleurir par endroit (près de 700 en France) des stations E85, carburant contenant donc 85% d’éthanol. Son gros avantage ? Son prix ! Même si celui-ci est très inégal selon les stations, il autorise quand même de grosses économies par rapport à son homologue, le SP-95-E10. En moyenne, son prix au litre est aux alentours de 0,60€ quand le SP-95-E10 est à 1,25€. Près de chez moi, il est même à 0,49€. Dans le Calvados, on a même vu des stations afficher le litre d’E85 à 0,20€ ! Le prix de revient aux 100km est donc très avantageux, même si la consommation a tendance à augmenter un peu.

IMG_1032

C’est ainsi que certains constructeurs se sont mis à développer des modèles pouvant accepter ce type de carburant. VW est de ceux-là depuis juillet 2015. D’abord testée en Suède, la Golf 7 Multifuel, puisque c’est son nom, est donc arrivée en France l’été dernier et j’ai eu le loisir de la tester pendant une semaine.

Multifuel : par ce terme, VW éclaircit la clientèle. On peut donc mettre dans cette Golf plusieurs carburants. C’est sans doute plus parlant que les flex-fuel et flexifuel déjà vus par le passé… Donc, on peut mélanger, à loisir, du SP-98, du SP-95, du SP-95-E10 et de l’E85. Bien entendu, peu importe la quantité, l’ordre et le moment. L’intérêt étant de favoriser l’E85 pour son coût. Y’a pas à dire, faire un plein pour moins de 25€, c’est légèrement jouissif…

VW a choisi de ne pas démarquer sa Golf 7 Multifuel des autres Golf. Seule la mention Multifuel à l’arrière fera la différence. Pour le reste, c’est une Golf, sobre, austère pour certains, deutsche qualität pour d’autres. C’est bien fini, ça respire le solide, bref, du VW quoi ! La motorisation proposée est donc le 1.4 TSi 125, petit 4 cylindres suralimenté, qui est souple, discret et sympathique à l’usage. Il est couplé à une boite 6, très précise je trouve, et ne rechigne pas à monter dans les tours avec un petit raclement qui n’est pas sans rappeler la GT Cox. La version essayée était une Confortline (elle existe aussi en Trendline et en série spéciale Allstar), dotée donc de jantes alu 16″, permettant un bon équilibre de confort avec le châssis assez rigide.

IMG_1009

Le ticket d’entrée pour cette version se situe à 25860€, soit 450€ de plus que la version essence. A noter également que la carte grise des véhicules bioéthanol est gratuite dans 60% des cas ou à moitié prix, selon les régions.

Quelques options non négligeables y figuraient :

– Le Pack Drive Assist 1 avec : régulateur vitesse adaptatif ACC, GPS embarqué, système Front Assist de surveillance pour freinage frontal, Coupler Box, permettant de brancher son téléphone dans l’accoudoir et de le relier à l’autoradio via CarPlay ou Android Auto.

– Le Pack Drive Assist 2 avec : Dynamic Lane Assist ou alerte de franchissement de ligne, Light Assist qui gère automatiquement les feux de route, Sign Assist, la détection des panneaux de route couplée avec le GPS, Park Assist qui gare la voiture tout seul et la caméra de recul pour favoriser le stationnement manuel.

– Les Projecteurs Bi-Xenon directionnels, très pratique quand on tourne la nuit !

– Le détecteur d’angle mort, très pratique quand on double (oui, on s’amuse souvent à doubler avec cette voiture…)

En tout, pas loin de 4000€ d’options quand même mais qui, dans la vie de tous les jours, sont très sécurisantes au volant. J’ai particulièrement apprécié le régulateur, qui permet presque de faire oublier l’absence de boite DSG, indisponible (incompatible ?) sur ce modèle Multifuel.  Le passage de vitesse ne désactive pas automatiquement le régulateur comme cela pouvait être le cas avant, ce qui est très agréable dans certaines situations (par ex, en sortant d’un péage, en réactivant le régulateur, la voiture va rechercher la vitesse programmée, vous n’avez juste qu’à passer les vitesses au bon moment).

Les capteurs sont partout sur cette Golf, permettant de vous alerter au moindre soucis devant vous (freinage d’urgence par ex), si vous approchez trop près un obstacle autour de vous. Cela peut surprendre la première fois-je me souviens avoir sursauté lors de la première alerte, dans un rond-point, lorsque j’ai un peu trop frôlé le camion devant moi qui tournait à droite alors que j’allais tout droit, la Golf ayant donc freiné à ma place…

Mais revenons au principal ! Ça dit quoi le bioéthanol dans une Golf ? Et bien, en fait… rien ! J’entends par là que le changement de carburant ne se sent pas à l’usage. Sauf à habiter un pays froid, l’E85 étant capricieux à basses températures. Mais VW a tout prévu, une petite prise se logeant sous l’anti-brouillard avant gauche, pour faciliter le démarrage, le câble étant rangé dans le coffre.

IMG_1012

À part ça, le 1.4 garde tout son caractère. La seule différence visible sera la consommation, en hausse d’environ 1.5l aux 100km. En parcours urbain avec du relief, la conso moyenne était à 9.2l/100. Sur autoroute, à 130 km/h, un poil en dessous  de 8l/100. La Golf vous dit tout d’ailleurs, si vous êtes soucieux de votre consommation. Tout est résumé sur l’écran de l’autoradio : la consommation moyenne, le graphique par minutes de conduite, votre score « écolo », si vous le voulez, vous pouvez vraiment faire attention à votre façon de conduire.

Pour ma part, je n’y ai pas fait spécialement attention. Je dirai même que le prix à la pompe aurait tendance à faire que je n’y pense plus du tout ! Et finalement, me faire retrouver l’essence même de la conduite telle que je la conçois, le plaisir de rouler, de se déplacer, synonyme de liberté retrouvée. VW, qui a connu une fin d’année 2015 pour le moins trouble, nous montre qu’elle a encore de beaux atouts dans sa manche. À l’heure où les modèles E85 ne sont pas légion (Saab a disparu, Volvo a retiré ses modèles flex-fuel du catalogue, tout comme Dacia, Renault, Peugeot, Ford… bref tout le monde !), cette Golf a les moyens de vous faire abandonner le diesel que vous pensiez indétrônable. D’autant qu’avec la version SW et la version Sportsvan, c’est une offre complète qui s’offre à nous. Et d’une manière plus générale, la Golf, avec ses moteurs thermiques (TDi et TSi), son moteur 100% électrique (e-Golf), son Hybride rechargeable (GTE), sa Multifuel et sa future TGi (fonctionnant au GNV), peut se vanter d’être la seule voiture au monde à proposer tous les types de carburants à sa clientèle !

Voilà sans doute de quoi remettre VW sur les rails du succès.

IMG_1035

Photos: S.Lecomte

Merci à VW France pour le prêt. Merci à Marie pour sa disponibilité et sa gentillesse habituelle.