Direction le sud ouest de Birmingham et la ville de Redditch dans la Worcestershire pour partir à la rencontre de Zolfe qui se veut être le tout jeune concurrent de Caterham, Lotus et quelques autres artisans de l’automobile britannique.

Pour ceux qui auraient manqué la découverte de Zolfe que je vous avais proposé il y a environ deux ans, Zolfe se veut être le constructeur qui  va jouer les trublions dans le monde des petites voitures sportives destinées au plaisir de la conduite et du pilotage aussi bien sur piste que sur route. Zolfe s’annonce un peu comme la nouvelle Seven avec un toit et un peu de confort qui permet d’aller le week end en Track day à Oulton Park avec un club de Gentlemen Drivers et de se faire plaisir sur la piste avec la même auto.

La Zolfe a été conçue par un ancien de Caterham, Jez Coatez, qui a créé une voiture au petit gabarit, sportive, légère et pas trop onéreuse malgré la contribution de certains noms reconnus du monde de l’automobile de compétition. Les Zolfe sont développées autour d’une structure Spaceframe, d’un chassis tubulaire et d’une base mécanique (moteur, arbre, BVM, transmission, combiné porte instruments proviennent de la Mazda MX5) fiable, performante et raisonnable en terme de coût financier tant pour le développement que pour l’entretien.

Au chapitre des partenaires renommés qui entourent Zolfe, on notera la présence de Sparlonz, Stadco, Simpact, AP Racing, K&N, Powertorque, MTEC ou même Avon Tyres ce qui permet de crédibiliser le projet depuis son lancement en 2009. La Zolfe Orange est d’ailleurs le modèle « visible » qui a permis la découverte de ce nouveau et encore petit constructeur.

Zolfe explique qu’au moment de la conception de son modèle de base, certaines autos ont prévalu sur d’autres dans l’esprit des ingénieurs, aussi parmi celles ci, on apprend qu’ont été importantes des voitures comme celles ci : 240Z, MGB GT, TVR Taimar, Morgan, Lotus Elan, Corvette, 911, Opel GT ou même AC Cobra pour les arches de roues, on pourrait aussi ajouter un zest de Marcos… Que du sympathique donc et des autos qui donnent envie de se mettre au volant pour une balade sur les petites routes ou pour quelques tours de piste. La Zolfe est donc une auto légère dans sa version coupé (Roadster Zolfster à venir) puisqu’on parle, selon les versions, de 695 kg à un peu plus de 740 kg selon les finitions choisies. Mécaniquement on retrouve les fiables éléments de la Mazda MX5 avec notamment le moteur L4 1999cm3 dans différentes versions dont la puissance va de 180 à 300 ch. Le constructeur n’annonce pour l’instant aucune performance chiffrée.

Le constructeur propose pour l’instant 3 versions de la Zolfe :

Sprintz : Entrée de gamme sportive, pas trop chère et correctement équipée

Speedz : Version sportive et dépouillée avec sièges baquets et différentiel à glissement limité

Sportz : Sportivité et confort sont au programme de cette version qui reprend la base mécanique de la Speedz en y ajoutant un peu de confort comme un peu plus d’insonorisant, une radio, du cuir ou de l’alcantara dans l’habitacle ! On va loin dans le luxe…

Commercialement le modèle de lancement, la Zolfe Orange qui mixte un peu tous les éléments de chaque modèle est devenue Zolfe GTC4… surement pour faire plus compétition et mieux séduire la clientèle qui apprécie ce genre de voiture.

Pour découvrir cette sportive britannique, c’est par ici :

Comme chez tous les petits constructeurs britanniques, pas de tarifs exacts mais on parle d’une fourchette de prix comprise, selon les finitions et motorisations, entre 32.000 et 48.000€ ce qui reste « raisonnable » et comparable aux tarifs d’un Lotus Elise… à qui cette Zolfe semble avoir emprunté la face avant de la superbe et sympathique version Mk1. A revoir dans les prochains mois pour l’arrivée du roadster, par contre rien ne semble prévu pour l’exportation de l’auto vers le continent !

Merci à Sub de m’avoir rappeler de vous parler de ce petit constructeur briton. 😉

Via Zolfe, Youtube.