Les suites de l’affaire VW avec deux annonces : les programmes sportifs du groupe ne souffriront pas selon Matthias Muller des déboires du groupe mais surtout la présentation officielle des solutions techniques pour les moteurs 1.6 et 2.0 TDI

Pour les moteurs 2.0, tel qu’indiqué par des rumeurs persistantes, il suffira d’une mise à jour logicielle pour que ceux-ci passent les normes. Nul doute que la curiosité poussera beaucoup de clients et de journalistes à faire des comparatifs avant et après la mise à jour pour comparer les performances et la réactivité de ces mêmes moteurs.

Pour ce qui concerne les 1.6 TDI, des modifications mécaniques sont nécessaires. Enfin mécaniques, le mot est (trop) grand puisque selon VW, il suffirait d’ajouter une pièce dans le circuit d’admission . Qualifiée de « flow straigtener », cette petite grille en plastique ajoutée dans le circuit d’admission permet au capteur de masse d’air de mieux détecter l’air entrant et ainsi mieux diagnostiquer les conditions de la combustion en temps réel.

Si vous parlez allemand c’est expliqué ici :

Il faut bien le dire, on pensait tous à des interventions mécaniques beaucoup plus lourdes (évolutions du système d’injection, introduction d’un système d’EGR basse pression, un nouveau système de dépollution des Nox par SCR), eh bien non, une simple pièce dans un circuit d’admission permettrait d’améliorer la situation ?!

On ne peut s’empêcher d’être quelque peu dubitatif, cette toute petite pièce en plastique, d’une simplicité désarmante, à la fois dans sa conception et sa production, aurait représenté un coût de production marginalement supérieur sur chaque moteur, et aurait permis à elle seule de faire passer les normes « honnêtement » plutôt que de tricher.

Plusieurs voix s’élèvent ces derniers mois pour accuser le management du groupe VW, qualifié de très hiérarchique et reposant sur la peur, pour expliquer la situation dans laquelle le groupe s’est empêtré. A voir la solution technique retenue, on ne peut s’empêcher de penser que c’est certainement une grosse pression sur les délais qui a poussé les ingénieurs à recourir aux tricheries désormais identifiées.

Désormais, il reste au groupe VW à présenter les solutions techniques pour les moteurs 1.2 TDI, dont il se murmure qu’elles seraient beaucoup plus lourdes, mais aussi pour les V6 3.0 TDI, dont les tricheries ont été mise au jour très récemment, et ont officiellement impliqué Porsche, jusque là épargné, puisque les Cayenne et Macan sont eux aussi dotés de ces mêmes moteurs.

Affaire à suivre donc!

Source : autoevolution.com