005-vw-budd-e-concept-1

Dans le cadre du CES de Las Vegas, Volkswagen a dévoilé son nouveau concept Budd-e, très intéressant pour son avenir proche (et propre).

Oublions un instant le Dieselgate et les soucis de VAG. L’histoire ne fait que commencer et coûtera très cher, mais le groupe doit néanmoins penser à son avenir. Et c’est au salon de l’électronique grand public, le CES à Las Vegas, que le constructeur a présenté un concept intéressant. Mais pour une fois, c’est ce qui est sous la carrosserie qui est le plus notable. Car la Budd-e (désopilant jeu de mot avec le terme américain Buddy signifiant copain et le surnom allemand du minibus Volkswagen, Bulli) préfigure la toute nouvelle plate-forme universelle pour ses voitures électriques.

BD_db2016au00004_large

Cette plate-forme, nommée MEB (pour Modular Electric Toolkit) est destinée à équiper les voitures 100% électriques du groupe. Elle dispose de 2 moteurs électriques, un par essieu (ce qui en fait donc une transmission intégrale) et d’une batterie occupant tout l’espace sous le plancher. La batterie aurait une capacité théorique de 92.4 kWh tandis que les moteurs ont une puissance combinée de 235 kW (110 à l’avant, 125 à l’arrière). L’autonomie est anoncée pour 533km, ce qui est très intéressant pour du tout électrique, à la hauteur d’une Tesla S ou de la future Porsche Mission E. VAG promet aussi une recharge à 80% de capacité en 15 minutes, avec également une charge par induction. Prévue pour être le pendant de la plate-forme MQB qui équipe déjà une grosse partie des productions du groupe (Golf, A3, Tiguan Mk.2, Passat, Octavia,…), MEB est encore en développement, mais nul doute que nous la retrouverons prochainement sous un capot prochainement (la cible affichée est avant 2020). Il est d’ailleurs intéressant de noter que VAG commencerait le tout électrique commercial par des modèles des gammes intermédiaires et non pas par du haut de gamme tels que le Touareg ou l’Audi A6 par exemple.

En dehors de cette plate-forme, le Bull-e reprend pour une énième fois le concept de « Combi » modernisé, que Volkswagen peine à chaque fois à commercialiser, alors que cela aurait plus d’attrait que, par exemple, un Sharan quelque peu insipide. Les dimensions sont assez compactes au vu de l’espace intérieur : 4,59 m de long pour 1,94m de large, ce qui est prometteur pour les dérivés de série.

Volkswagen modernise également les habitacles, en deux temps cette fois-ci. Tout d’abord, et toujours sur le Bull-e, deux grands écrans paramétrables remplacent à la fois la planche de bord et l’écran multimédia. Pour raccourcir, on étend le Virtual Cockpit d’Audi sur les bords. L’IHM reprend les derniers gadgets à la mode : tout tactile, reconnaissance vocale et aussi à présent le gestuel (à la façon de la nouvelle BMW Série 7), y compris à l’extérieur ; la porte s’ouvrant d’un geste de la main. La voiture est également hyper connectée, proposant une liaison avec une éventuelle maison intelligente, et, plus intéressant, un suivi des consommables et pièces d’usure permettant de les commander automatiquement.

bd_db2016au00002_large

Ca, c’est pour après-demain. Pour demain, ou même un peu avant, VAG a présenté la e-Golf Touch. Sous ce nom imprononçable, elle recèle la nouvelle platine d’infodivertissement (quel nom affreux) de la marque. Système modulaire encore une fois, il est très proche de la future version de série qui devrait être commercialisée cet été. Outre un grand écran tactile de 9,2″, il proposera les commandes gestuelles si tendance, une première sur ce segment. Il est compatible Apple Carplay et Android Auto. Le système propose aussi la recharge par induction des téléphones dans les accoudoirs ainsi qu’un réseau Wi-Fi interne à la voiture. L’ensemble du système est configurable et personnalisable, nous y reviendrons sans doutes à sa commercialisation.

Crédits photos : Volkswagen