Parce que la Tchécoslovaquie ne se résumait pas à un plat de brinzove halušky arrosé de Hubert Deluxe, le New York Times vient de mettre à l’honneur un symbole dudit pays : oubliez un court instant Jan Palach, les projecteurs se braquent aujourd’hui sur la Tatra T87, élue « Collectible Car Of The Year » par le journal américain.

Avouez qu’il est difficile de rester insensible face à un produit si atypique. Motorisée par un V8 3.0 refroidi par air placé en position arrière et servi par une BVM4, elle est une évolution de la T77, lancée en 1934, première voiture de série à carrosserie aérodynamique. La T77 pouvait ainsi se vanter d’une appréciable vitesse de pointe de 145 km/h en dépit d’une puissance de 61ch.
La T87 est lancée en 1936 et sera produite à plus de 3 000 exemplaires jusqu’en 1950. Les joies de l’économie planifiée ne lui accorderont une remplaçante qu’en 1956 : la T603 sur laquelle je reviendrai dans un autre billet.

Esthétiquement, la T87 se caractérise par son pare-brise « panoramique » en 3 parties, ses écopes de refroidissement situées de part et d’autres des portes arrières, son empennage on ne peut plus aéronautique, son absence de lunette arrière et ses trois phares lui conférant un design peu commun. Vous noterez enfin l’immense toit ouvrant (raffinement aujourd’hui refusé à une simple C5 Tourer…). Sensiblement améliorée par rapport à la T77, la T87 plaît beaucoup aux allemands en cette période sombre. Au point que Ferdiand Porsche s’en est largement « inspiré » pour créer la voiture populaire du troisième Reich.


Je vous laisse admirer l’exemplaire restauré présenté dans le New York Times. Le genre de voiture qui a bien plus fière allure qu’une Corolla grise… Mais finalement, un pays qui a accouché de Kafka ne pouvait pas enfanter une voiture conventionnelle.

En prime, je vous ajoute les vidéos suggérées par Frédéric :

Via Autoblog, New York Times, Clunkbucket, Wikipedia.